•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de ruptures de services dans les hôpitaux d'ici Pâques, affirme le ministre Barrette

Chirurgie
Instruments chirurgicaux Photo: iStockPhoto
Radio-Canada

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, affirme que les périodes de ruptures de services dans les hôpitaux prendront fin d'ici Pâques. Selon le ministre, il y aura des anesthésiologistes partout dans les hôpitaux de la province, que ce soit de gré ou de force.

Un texte de Julie Tremblay avec la collaboration de Jérôme Lévesque-Boucher

« Peu importe le chemin, il va y avoir des bonnes nouvelles et on a les moyens d'y arriver », a affirmé Gaétan Barrette.

Le ministre n'hésite pas à mettre sur le dos des anesthésiologistes la faute des ruptures de services que les hôpitaux comme ceux de La Pocatière et de Chandler connaissent. Il considère que la situation est inacceptable et que les médecins sont « responsables » de mettre en place un mécanisme afin qu'il n'y ait jamais de telles ruptures.

Ou bien ils s'organisent entre eux, et garantissent les services de façon permanente partout au Québec, ou bien on applique la loi 130.

Gaétan Barrette, ministre de la Santé et des Services sociaux

La loi 130 a été adoptée en octobre 2017. Elle stipule que « des obligations sont désormais rattachées aux privilèges de pratique accordés aux médecins » et donne le pouvoir aux directions des centres hospitaliers de punir les médecins dont la pratique ne répond pas aux besoins de l'établissement.

Venue de médecins étrangers

Le ministre Barrette, qui souhaite faire venir davantage de médecins de l'étranger, affirme qu'actuellement, l'Association des anesthésiologistes du Québec bloque leur arrivée.

Son président, le Dr Jean-François Courval, estime que cette affirmation est fausse et que, de toute façon, cela peut prendre jusqu'à deux ans avant que les médecins étrangers puissent réellement pratiquer au Québec.

Après la loi 10, la loi 20 et la loi 130, le Dr Courval estime que le ministre Barrette est en plein « délire législatif » et que ces lois ne régleront pas le problème des régions.

DR Jean-François Courval Le président de l'Association des anesthésiologistes du Québec, Jean-François Courval Photo : Radio-Canada

Pour y arriver, M.Courval propose que des hôpitaux des grands centres soient jumelés à ceux en région :

Ce qu'on propose, c'est qu'on utilise les ressources supplémentaires des villes pour couvrir les diverses régions du Québec. [...] Les chefs de département peuvent s'entendre pour assurer une couverture de toutes les semaines dans une année.

Dr Jean-François Courval, président de l'Association des anesthésiologistes du Québec

Dr Courval ajoute que la loi 130 risque de forcer des anesthésiologues des grands centres à se rendre dans les hôpitaux régionaux, ce qui aura pour effet de diminuer le nombre de médecins disponibles dans les grands centres et de créer une compétition malsaine entre les établissements.

« On est en train de créer du chaos, des conflits entre régions urbaines et régions plus éloignées, alors que si on le fait de façon planifiée et structurée, on évite les chicanes. »

La chicane entre le ministre Barrette et les anesthésiologues, cependant, ne semble pas sur le point de se terminer. Le ministre Barrette persiste et signe : « il va y avoir bientôt une solution permanente, pas pour 2018, pour tout le temps. »

Bas-Saint-Laurent

Santé