•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prévenir les inconduites sexuelles à La Troupe du Jour de Saskatoon

Le résumé d'Audrey Paris
Radio-Canada

Le mouvement #moiaussi, et plus récemment celui de #timesup, ainsi que les plaintes d'inconduites sexuelles à l'égard d'Albert Schultz qui ont ébranlé la communauté théâtrale de Toronto et du Canada ont incité des membres du milieu du théâtre à Saskatoon à s'unir pour proposer des solutions.

Un texte d’Audrey Paris

Lundi soir, dans les locaux d’un centre artistique de la ville, deux employés de La Troupe du Jour ont assisté à une soirée de discussion sur le consentement sexuel au sein de la communauté théâtrale. C’est là que l’idée de revoir la politique en matière de harcèlement et de discrimination de cette troupe de théâtre francophone professionnelle de Saskatoon a pris de l’ampleur dans l’esprit de la responsable des communications et du marketing, Émilie Lebel, et de la directrice administrative, Darcie Young.

Une photo d'Émilie Lebel, de la Troupe du Jour.Émilie Lebel de la Troupe du Jour Photo : Radio-Canada

Comme le souligne Émilie Lebel, qui agit à titre de porte-parole de La Troupe du Jour, les discussions qui ont eu lieu lors de la rencontre théâtrale de lundi ont permis de constater que la politique de la troupe devait être améliorée. Elle souligne que des membres de la troupe présenteront leurs idées lors de la prochaine rencontre de son conseil d’administration, la semaine prochaine.

Émilie Lebel donne comme exemple l'idée d’offrir une formation sur le consentement à chaque artisan avant de commencer une nouvelle pièce de théâtre. « On veut tout faire pour que les gens se sentent en sécurité. On veut vraiment rendre ça agréable pour nos comédiens, nos directeurs, nos techniciens », explique-t-elle.

Des réactions à distance

À des kilomètres de là, dans sa maison de Toronto, la comédienne et metteure en scène originaire de Saskatoon Natalie Fehéregyházi désirait, elle aussi, faire partie de la discussion de lundi soir. Pour elle, le théâtre est un milieu dans lequel les comédiennes et les comédiens sont exposés à tellement de situations de grande vulnérabilité qu’il faut leur offrir le plus de protection et d’encadrement possible pour mettre un frein aux comportements inappropriés durant les productions théâtrales. Elle a d'ailleurs publié un long message sur la page Facebook de la soirée de discussion pour faire entendre ses idées.

« Il y a une attitude qui existe dans ce milieu, où des fois, on a l’impression que tout est permis », confie-t-elle. Elle ajoute que les comédiens doivent créer des liens intimes entre partenaires de jeu durant une production et que, pour cette raison, ils doivent comprendre comment agir de façon respectueuse.

Un plan rapproché de la commédienne Natalie FehéregyháziLa comédienne et metteure en scène Natalie Fehéregyházi Photo : Radio-Canada

Interdire les avances sexuelles durant les productions théâtrales

Natalie Fehéregyházi est d’avis que les directeurs artistiques, les metteurs en scène et les autres personnes en position de pouvoir devraient s’abstenir de faire des avances sexuelles aux comédiens de la pièce qu’ils dirigent. Elle explique que les comédiens peuvent sentir qu’ils doivent absolument répondre à ces avances s’ils veulent continuer à travailler sur la pièce. Natalie Fehéregyházi croit que, si le sentiment de la personne en position de pouvoir est réel, cette dernière peut attendre la fin de la production avant de faire connaître ses intentions.

Il y a plein de gens, surtout des femmes, mais je dirais des hommes aussi, qui ont subi du harcèlement, de l’abus de pouvoir et qui ne se sentaient pas dans une position qui leur permettait d’y résister.

Natalie Fehéregyházi

Un bon départ

Natalie Fehéregyházi trouve que l’initiative de La Troupe du Jour est un bon début et elle souhaite que la troupe atteigne ses objectifs. La comédienne et metteure en scène estime que toutes les troupes canadiennes doivent s’assurer que les inconduites sexuelles soient bannies, parce que, d’après elle, même s’il y a un système de dénonciation au sein des troupes, les comédiennes et les comédiens auront toujours de la difficulté à dénoncer des actes inappropriés.

Denis Rouleau, le directeur artistique et général de La Troupe du Jour voit d’un bon oeil l’initiative des deux employées. Il estime que la politique en matière de harcèlement et de discrimination de sa troupe est au point, mais que c’est une bonne chose de tenter de l’améliorer.

Saskatchewan

Arts de la scène