•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Côte-Nord risque d'être touchée par les droits compensateurs sur le papier journal

Produits forestiers Résolu possède une usine de papier journal à Baie-Comeau.

Produits forestiers Résolu possède une usine de papier journal à Baie-Comeau.

Photo : Radio-Canada / Benoît Jobin

Radio-Canada

L'imposition de droits compensateurs de 4,42 % sur les exportations du papier journal de Produits forestiers Résolu (PFR) vers les États-Unis inquiètent les employés de l'usine de Baie-Comeau et le nouveau maire de la ville, Yves Montigny. Des entreprises de la région pourraient en subir les contrecoups.

Un texte de François Robert

Même si plus de 90 pour cent du papier journal produit par PFR à Baie-Comeau est expédié outre-mer, le syndicat Unifor souligne que l'avenir est préoccupant.

Le président du local 375 d'Unifor, Sylvain Bélanger, signale que l'usine PFR de Baie-Comeau a expédié du papier journal à New York au cours des dernières semaines, contrairement à son habitude.

L'usine de papier journal de Produits forestiers Résolu à Baie-ComeauAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'usine de papier journal de Produits forestiers Résolu à Baie-Comeau

Photo : Radio-Canada / Benoît Jobin

On travaille pour sauver notre peau. Si tu rajoutes des frais supplémentaires, bien, c'est sûr et certain que ça ne fait pas l'affaire de la compagnie, puis ça ne fait pas notre affaire à nous autres non plus.

Sylvain Bélanger, président du local 375 d'Unifor

« Un des principaux clients, c'était Boston, puis c'était vraiment à l'occasion, poursuit Sylvain Bélanger. Là, on a fait Boston, on a fait New York. On se dit "attends un petit peu là, il y a de quoi qui ne marche pas". Bien, ils voulaient stocker du papier d'avance probablement pour essayer de sauver, déjà? Si le papier est déjà rendu là-bas, ils sauvaient déjà la taxe avant qu'elle ne soit imposée. »

Maire de Baie-Comeau

Le maire de Baie-Comeau, Yves Montigny, se dit préoccupé lui aussi, mais pas surpris de l'imposition de droits compensateurs.

Alors que Produits forestiers Résolu est l'un des principaux employeurs de Baie-Comeau, le maire tend la main à la compagnie et lui demande de s’engager sur la voie de la diversification.

Yves Montigny est le maire de Baie-ComeauAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Yves Montigny, maire de Baie-Comeau

Photo : Radio-Canada / Benoît Jobin

« Il faut qu'il y ait une volonté de l'équipe de travailler la diversification, insiste Yves Montigny. Pour l'instant, on n'a pas de discussion du tout avec l'entreprise à ce niveau-là. Mais j'aime beaucoup l'idée, c'est quelque chose sur lequel on veut travailler. D'ailleurs l'ancien maire Claude Martel avait déjà regardé cette hypothèse-là avec l'entreprise. C'est quelque chose de possible. »

Dommages collatéraux

L'une des entreprises qui pourrait éventuellement subir les contrecoups de ces droits compensateurs est Boisaco à Sacré-Cœur. Le producteur intégré de bois d'œuvre et de sous-produits forestiers génère 560 emplois directs en Haute-Côte-Nord. La direction ne prévoit pas de conséquences à court terme sur ses opérations.

Le PDG de Boisaco, Steeve St-Gelais, rappelle que le prix obtenu pour le bois d'œuvre a permis de surmonter les droits compensateurs de 20 % imposés l'an dernier.

Il croit cependant que les nouveaux droits compensateurs feront baisser le prix des copeaux livrés aux usines de papier journal.

« Tous ces éléments-là, autant les droits compensateurs sur le bois d'œuvre que le papier journal qui, par ricochet, amène une tendance encore baissière au niveau des copeaux, viennent mettre de la pression pour le futur », reconnaît Steeve St-Gelais.

Le président de Boisaco, Steeve St-GelaisAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le président de Boisaco, Steeve St-Gelais

Photo : Radio-Canada

Donc là pour l'instant, on est dans un marché favorable, on est capable de les absorber. Mais dans une perspective où il y aurait des baisses, bien c'est clair que la pression va être beaucoup plus grande puis ça va être difficile de faire face à tous ces impacts négatifs là.

Steeve St-Gelais, PDG de Boisaco

Avec les informations de Louis Garneau, Pierre Roberge et Alix-Anne Turcotti

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Industrie forestière