•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un cas de tuberculose dans le campus de Moncton de l'Université de Moncton

L'enseigne de l'Université de Moncton à proximité d'une résidence pour étudiants.

Le campus de Moncton

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'Université de Moncton annonce qu'un membre de la communauté universitaire dans le campus de Moncton est atteint de tuberculose. Elle dit collaborer avec la Santé publique du Nouveau-Brunswick pour les suivis nécessaires.

« En général, le risque d’infection est faible pour la communauté universitaire, indique le Dr Yves Léger, médecin-hygiéniste régional de Santé publique. Notre service fera le suivi nécessaire auprès de celles et ceux qui sont plus à risque d’avoir été infectés par le cas », affirme-t-il.

Le Dr Léger précise qu'il faut des contacts prolongés pour qu'il y ait risque de transmission. Comme l'enquête en est à un stade préliminaire, précise-t-il, la Santé publique n'a pas encore été en mesure de déterminer si la maladie a pu se propager.

Son service avisera individuellement d'ici le 19 janvier les individus qui ont eu des contacts avec la personne malade des démarches qu'ils doivent suivre.

La tuberculose se manifeste normalement sous forme de toux prolongée qui dure pendant des semaines, voire des mois. Elle est souvent accompagnée de fièvre, de fatigue et de sueurs nocturnes. D'autres symptômes peuvent survenir, comme des crachats avec présence de sang et une perte d'appétit et de poids.

On signale en moyenne 10 cas de tuberculose par année au Nouveau-Brunswick, selon le Dr Léger.

Il s'agit d'une maladie grave, mais qui se soigne bien, quoique qu'il faille potentiellement plusieurs mois pour la guérir.

Par courriel, l'Université de Moncton indique ne pouvoir donner plus d'information sur la personne touchée en vertu de la législation sur la protection de la vie privée.

Elle invite les membres de la communauté universitaire à vérifier fréquemment leurs courriels, car c'est de cette façon que les personnes jugées à risque seront contactées par les professionnels de la Santé publique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Santé