•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Absence de français dans un service désigné bilingue à l’Hôpital Victoria

Services de santé en français.

Services de santé en français.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Avec la réforme de la santé du gouvernement progressiste-conservateur du Manitoba, les services de gériatrie à l'Hôpital Saint-Boniface de Winnipeg ont été transférés à l'Hôpital Victoria, où il est encore parfois difficile d'obtenir des services en français.

L'Hôpital Victoria compte 30 lits dans son service de gériatrie, comme c'était le cas à l'Hôpital Saint-Boniface. Le programme est bilingue, donc 30 % des postes sont désignés pour être pourvus par des francophones, explique le vice-président et chef de l’exploitation de l’Office régional de la santé de Winnipeg (ORSW), Réal Cloutier.

Le seul bémol : aucun gériatre à l’hôpital Victoria ne parle français, confirme l’agence de santé publique.

« On n’a pas de spécialistes en gériatrie qui parlent français, mais on a plusieurs médecins de famille qui parlent français. [Ces derniers] sont impliqués, de temps à autre, dans la prestation de services gériatriques », indique M. Cloutier, qui rappelle que l’équipe gériatrique à Saint-Boniface n’avait qu’un seul médecin qui savait parler français.

« Une population vulnérable »

L’organisme Santé en français confirme avoir rencontré l’ORSW afin d’aborder ses préoccupations reliées au jumelage de la clientèle du Centre de santé de Saint-Boniface et l’Hôpital Victoria, au lieu de l’Hôpital Saint-Boniface.

Le système de santé au Manitoba est en pleine restructuration, et après la fermeture de trois salles d’urgence dans la capitale provinciale, l’ORSW a procédé à une réaffectation des spécialisations des hôpitaux et centres de soins de santé qui restent.

« [Les services en français] sont très importants pour [les aînés]. C’est une population vulnérable. En plus, les personnes âgées n’ont pas forcément eu autant de contact avec l’anglais [que les générations qui ont suivi] et réclament encore des services en français », souligne la directrice générale de Santé en français, Annie Bédard.

Il ne faut pas oublier qu’avec certains problèmes propres aux personnes âgées, dont la démence, le patient perd l’usage d’une deuxième langue et retourne à sa langue maternelle, [ce qui] est souvent le français chez les aînés.

Annie Bédard, directrice générale, Santé en français

Puisque l’Hôpital Victoria n’a pas déjà la désignation d’hôpital bilingue, « ça va prendre un certain temps » avant que les services offerts soient à la hauteur des attentes, dit Mme Bédard. « Ils doivent désigner « bilingue » des postes, des unités. [L’ORSW] doit créer une certaine culture [d’ouverture au français], le personnel doit être mis au courant […] c’est assez complexe. Mais il y a un engagement de l’ORSW à faire des progrès dans ce sens-là. »

Un plan d’action

« Sans doute, nos efforts [à l’avenir] se concentreront sur l’embauche de plus d’employés qui peuvent offrir des services actifs en français », rassure Réal Cloutier de l’ORSW.

On sait très bien que l’idéal dans tout ça, c’est d’avoir des patients francophones avec un médecin francophone, au sein d’une équipe [médicale] francophone. On n’est pas là présentement.

Réal Cloutier, vice-président et directeur d'exploitation, ORSW

Le plan détaillé à l’intention des services en français de l’ORSW sera terminé d’ici mai, explique le chef d’exploitation de l’agence sanitaire, et la mise en application du plan sera achevée au cours des 12 à 24 prochains mois.

« On a déjà beaucoup de médecins francophones dans le système. La vraie pénurie, révèle M. Clouter, c’est au niveau des infirmières et des aides-soignantes. »

Selon les informations de Thibault Jourdan

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Francophonie