•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saint-Jérôme veut interdire la consommation de cannabis dans les lieux publics

Un consommateur fume un joint de marijuana. Photo: ICI Radio-Canada
Radio-Canada

EXCLUSIF - Au moment où le Québec se prépare à la légalisation de la marijuana, la Ville de Saint-Jérôme, dans les Laurentides, souhaite interdire la consommation de cannabis dans les lieux publics. L'Union des municipalités du Québec souhaite que le gouvernement provincial donne les coudées franches aux villes dans ce dossier.

Un texte de Davide Gentile

Mohamed arpente les rues du centre-ville de Saint-Jérôme, où il a commencé son parcours de toxicomane. « Les premières fois que j'ai consommé, c'était du cannabis et ça m'a rapidement amené vers des substances plus fortes », raconte-t-il.

Sobre depuis plusieurs mois, il accepte mal la légalisation du cannabis. Il souhaite à tout le moins que sa consommation soit interdite dans les lieux publics. Mohamed craint que le fait de voir des adultes fumer du cannabis banalise la substance aux yeux des jeunes.

Ils vont se dire que c'est socialement acceptable. Ç’a l'air le fun, et avec un petit joint tout le monde rit!

Mohamed, un homme qui est sobre depuis plusieurs mois

Le maire de Saint-Jérôme, Stéphane Maher, veut instaurer une interdiction étendue. « Nous allons recommander de ne pas fumer de cannabis dans les endroits publics à Saint-Jérôme », annonce-t-il.

Le magistrat rappelle qu'on dispose de très peu d'information sur les effets de la fumée secondaire du cannabis. « Autoriser immédiatement [de fumer] le cannabis dans les espaces publics, c'est une erreur majeure », croit-il.

Par exemple, il craint ce qui pourrait arriver lors des festivals. « Est-ce qu'on va autoriser des dizaines de personnes à s'allumer un gros pétard? Je pense qu'on n'est pas rendus là encore. »

Stéphane Maher rappelle que bien des citoyens sont déjà importunés par la fumée de cigarette. « Plusieurs citoyens ne voudront pas prendre une marche avec quelqu'un qui fume du cannabis juste à côté. »

La Ville mettra un comité en place en janvier afin de consulter la population. Non seulement à propos des lieux de consommation, mais aussi en ce qui a trait à la production et à la vente de cannabis.

Entrevue avec le maire de Saint-Jérôme, Stéphane Maher.

Des préoccupations

« Les villes sont très préoccupées », reconnaît Alexandre Cusson, maire de Drummondville et président de l'Union des municipalités du Québec (UMQ).

« Des maires souhaiteraient pouvoir interdire [la marijuana] le plus possible. Ils ne sont pas d'accord avec le fait qu'on puisse fumer du cannabis dans les endroits publics », ajoute M. Cusson.

D'autres villes voudront, selon lui, avoir une approche moins restrictive. « Ce qui est bon pour Sept-Îles n'est pas nécessairement bon pour Gatineau », illustre-t-il.

Alexandre Cusson souhaite que Québec donne les coudées franches aux villes dans ce dossier.

C'est important de donner aux municipalités des pouvoirs pour qu'elles prennent leurs décisions.

Alexandre Cusson, maire de Drummondville et président de l'Union des municipalités du Québec
Entrevue avec Alexandre Cusson, maire de Drummondville et président de l'Union des municipalités du Québec

Les règlements qui existent sur la paix et l'ordre sur le domaine public varient d'une ville à l'autre, par exemple en ce qui concerne l'ébriété sur les trottoirs.

Malgré cela, le maire de Saint-Jérôme, Stéphane Maher, souhaite que Québec applique les mêmes critères dans toutes les villes. « Dans une ville, vous pouvez fumer dans un parc, tandis que ce sera juste sur les trottoirs dans une autre. Honnêtement, ça va être ingérable! » s’exclame-t-il.

M. Maher affirme que sa volonté d'interdire n'est pas motivée par les poches de pauvreté qui existent à Saint-Jérôme. Mais certains intervenants qui travaillent avec des toxicomanes appuient l'idée.

« La décision est relativement bonne », soutient le docteur Jean Robert, de la Clinique Santé amitié.

Selon Jean Robert, le vrai défi sera de faire de la prévention. « Il faut aller dans cette direction pour réduire les méfaits que la substance peut avoir. »

Mohamed, qui s'est sorti de la toxicomanie, prône la même stratégie. « La prévention en jeune âge, c'est là qu'il va falloir miser », avance-t-il.

Pas de solution uniforme sur le territoire québécois

Le gouvernement du Québec exclut d’imposer une solution mur à mur à propos de la consommation de cannabis sur le territoire des municipalités.

Québec semble toutefois ouvert à l'idée de permettre aux villes qui le désirent d'adopter des règlements qui iraient plus loin que la future loi.

Le cabinet de la ministre Lucie Charlebois, qui est responsable de ce dossier, nous a répondu par courriel qu'il « étudie les possibilités pour voir comment les municipalités qui souhaitent interdire l'usage sur la voie publique peuvent être soutenues ».

L'étude du projet de loi qui encadre le cannabis reprendra sous peu à Québec.

Ce qu'en pensent les partis politiques

Comme le maire de Saint-Jérôme, la Coalition avenir Québec prône d'interdire le cannabis dans tous les lieux publics.

Le Parti québécois veut interdire le cannabis partout où l'alcool et la cigarette le sont.

Québec solidaire (QS) est ouvert à ce que les villes puissent agir pour encadrer la consommation sur la place publique si la protection de la santé publique le justifie. Mais QS estime qu'il faut éviter d'interdire le cannabis par la porte arrière par des règlements trop restrictifs.

Ce qu'en pensent les grandes villes

Montréal

« Pour une raison de cohérence et d’application, on veut se coller aux mêmes interdictions en vigueur pour le tabac […] tout en ayant une flexibilité pour des lieux, des espaces, des moments, si on juge que c’est nécessaire », a déclaré la mairesse Valérie Plante.

Québec

La Ville est encore en réflexion et « n’a pas statué concernant les différents points soulevés dans le reportage », a indiqué la mairie.

Longueuil

La Ville n’a pas encore adopté d’orientation. Elle étudie la manière d’encadrer la consommation de cannabis.

Santé publique

Société