•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

4 employés de la prison à sécurité maximale d'Edmonton ont été congédiés

Un gardien tient la porte d'une cellule.

La police d'Edmonton enquête sur de possibles activités criminelles au sein du personnel carcéral.

Photo : La Presse canadienne / DARRYL DYCK

Radio-Canada

Quatre employés de la prison à sécurité maximale d'Edmonton ont été congédiés à la suite d'une enquête interne relativement à des accusations de harcèlement et d'intimidation, a annoncé le Service correctionnel du Canada (SCC).

Un texte de Laurent Pirot

Le SCC ajoute dans un communiqué de presse que d’autres enquêtes sont en cours, dont une de la police d’Edmonton sur de possibles activités criminelles de membres du personnel de la prison.

Un nouveau directeur a été nommé lundi à la tête de la prison, ainsi qu’une nouvelle sous-commissaire pour la région des Prairies.

Nous veillons à ce que nos employés soient pour tenus responsables des gestes qu’ils font.

Don Head, commissaire du Service correctionnel du Canada

« Nous ne tolérons aucune inconduite de la part des employés, et toutes les allégations font l’objet d’enquêtes approfondies, peu en importe la source », explique le commissaire du Service correctionnel du Canada, Don Head.

Le communiqué du SCC ne nomme pas les employés concernés, ni ne détaille les faits reprochés. « Un certain nombre d’allégations étaient fondées », se contente-t-il d’expliquer.

Une enquête de CBC a découvert qu’au moins sept employés, dont des gestionnaires, ont été escortés hors de la prison et suspendus sans salaire dans le cadre de cette affaire.

Selon des employés interrogés par CBC, des femmes travaillant à la prison auraient été victimes de harcèlement sexuel et auraient fait face à des menaces lorsqu’elles choisissaient de dénoncer les coupables.

De jeunes femmes nouvellement arrivées à la prison auraient été particulièrement visées. Des gestionnaires et des employés masculins avec plus d’ancienneté leur auraient fait des avances ou demandé des faveurs sexuelles.

Alberta

Droits et libertés