•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une femme tuée à l'arme blanche à Sherbrooke

Une maison de la rue Paillard à Sherbrooke avec le poste d'identité judiciaire du Service de police de Sherbrooke en avant.

La victime demeurait dans cette maison de la rue Paillard, dans le secteur de Rock Forest de Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / Daniel Mailloux

Radio-Canada

Une dame de 52 ans est décédée lundi après avoir été agressée à l'arme blanche à Sherbrooke. Il s'agit d'Arlène Girard.

L'agression a eu lieu au 1628, rue Paillard, dans le secteur de Rock Forest. La victime a été transportée à l'hôpital, où son décès a été constaté, mentionne le Service de police de Sherbrooke (SPS).

« On s'est rendus sur place vers 16 h1 5 après un appel au 911. On y découvre sur place une dame blessée gravement par arme blanche, explique le relationniste du SPS, Martin Carrier. L'individu a été arrêté sur les lieux et a collaboré lors de son arrestation. »

Martin Carrier, relationniste au Service de police de Sherbrooke

Martin Carrier, relationniste au Service de police de Sherbrooke

Photo : Radio-Canada / Charles Beaudoin

Le suspect est un homme de 35 ans qui se trouvait dans la demeure en compagnie de la victime au moment du drame.

« On parle pour l'instant d'un contexte intrafamilial. C'est ce qu'on a pour ce soir. L'enquête débute du côté du SPS », a ajouté M. Carrier lors d'un point de presse tenu en soirée lundi.

Le poste de commandement du Service de police de Sherbrooke

Les enquêteurs du Service de police de Sherbrooke sont toujours sur place mardi matin pour faire la lumière sur ce drame.

Photo : Radio-Canada / Daniel Mailloux

Les policiers ont établi que le suspect est le fils de la victime. Des enquêteurs et le service d'identité judiciaire tenteront au cours des prochaines heures d'éclaircir les circonstances entourant l'incident. Deux autres personnes qui se trouvaient sur place au moment du drame seront également interrogées par les agents du SPS.

Selon des voisins, la famille est nouvellement arrivée dans le secteur. « Ils sont déménagés en juin. On voyait la madame marcher dans la rue avec son fils. C'est un quartier très, très tranquille avec beaucoup de personnes âgées. On ne pensait jamais que ça peut arriver ici », a raconté Michel Bélanger.

Justice et faits divers