•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De la cuisine de rue autochtone bientôt à Vancouver

Le chef autochtone Paul Natrall.

Le chef Paul Natrall veut populariser la cuisine des Premières Nations dans les rues de Vancouver.

Photo : Radio-Canada / Matthew Lazin-Ryder

CBC
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le chef cuisinier Paul Natrall, de la Première Nation Squamish, en Colombie-Britannique, prévoit apporter des recettes autochtones jusqu'à Vancouver avec le lancement d'un premier camion de cuisine de rue appelé Mr. Bannock.

Le projet est en cours depuis un an, mais, d'une certaine façon, M. Natrall s'y prépare depuis toujours.

L'homme a grandi sur le territoire de la Première Nation Squamish, au nord de Vancouver, et a passé une bonne partie de son enfance à regarder sa grand-mère cuisiner. Il a perfectionné ses propres talents culinaires en observant des aînées pendant qu'elles préparaient et servaient des repas traditionnels à sa famille élargie.

« Je dirais que le meilleur repas était une soupe au boeuf haché avec de la banique cuite [une sorte de pain sans levain appelé bannock en anglais] », indique M. Natrall.

Celui-ci se remémore plusieurs veillées de Noël particulièrement plaisantes, durant son enfance, où les gens se réunissaient sur le coup de minuit dans la demeure familiale pour déballer des présents et manger un bol de la soupe en question.

« Tous, qu'ils soient assis dans la cuisine ou dans le salon, mangeaient de la soupe hamburger (au boeuf haché) », ajoute M. Natrall. « Personne n'arrive à la cuisiner de cette façon, encore aujourd'hui. »

On ignore si Mr. Bannock servira de la soupe au boeuf haché, mais le chef Natrall prévoit offrir des plats autochtones traditionnels... avec un petit plus de son cru.

Les passants pourront essayer un taco autochtone, ainsi qu'un hamburger de boeuf canadien servi dans de la banique. Et pour ceux qui aiment publier une photo de leur plat sur le réseau Instagram avant d'y mordre à belles dents, un sandwich à la viande fumée servie entre deux tranches de banique briochée au miel devrait faire l'affaire.

« C'est un peu comme du poulet servi entre deux gaufres, mais version autochtone », mentionne M. Natrall.

J'ai modifié quelques recettes. J'ai franchement hâte de les cuisiner et de voir à quel point les gens apprécieront ces plats.

Une citation de : Paul Natrall

Faire revivre les techniques ancestrales

Le futur patron de Mr. Bannock prévoit aussi varier les méthodes de cuisson.

« Ce que je veux faire avec mon camion, c'est de faire revivre les viandes fumées, la cuisson sur argile, la cuisson sur pierre, et tout cela est très traditionnel. À l'époque, les gens n'utilisaient que la lumière du soleil et des pierres pour cuire », poursuit le chef cuisinier.

Les fourneaux de Mr. Bannock ont beau fonctionner au gaz, M. Natrall tente de trouver des façons de rendre hommage à ses ancêtres.

« Pour la cuisson sur pierre, j'ai préparé de la banique cuite, et c'est franchement plus santé que l'équivalent frit. L'apparence, la texture et l'odeur sont différentes. »

Et donc, à quand la première bouchée de banique cuite dans les rues de Vancouver?

« Les démarches administratives sont en cours pour obtenir les permis. Après cela, ce sera le début de l'aventure », répond M. Natrall.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !