•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le cannabis sera vendu par le secteur privé et régulé par la SLGA en Saskatchewan

Trois pots contenant de la marijuana

La vente du cannabis en Saskatchewan sera réglementée par la Régie des alcools et des jeux de hasard de la province (SLGA).

Photo : Radio-Canada / Natacha Lavigne

Radio-Canada

La vente du cannabis en Saskatchewan sera effectuée par le secteur privé et réglementée par la Régie des alcools et des jeux de hasard de la province (SLGA), selon la stratégie initiale de vente, d'homologation et de distribution de cannabis dévoilée par le gouvernement provincial lundi.

Une soixantaine de permis de vente au détail de cannabis seront délivrés par la SLGA à des commerces privés dans 40 municipalités et communautés ainsi que dans des Premières Nations en Saskatchewan.

Les permis seront d’abord répartis dans les municipalités et les communautés de plus de 2500 habitants, les collectivités les plus importantes recevant des permis supplémentaires. Regina recevra six permis et Saskatoon sept.

Liste imprimée des villes de la Saskatchewan avec leur nombre de permis accordés.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Liste des municipalités et des Premières nations qui auront droit à un permis de vente au détail de cannabis

Photo : Radio-Canada / Andréanne Apablaza

Les municipalités et les Premières Nations admissibles pourront choisir de ne pas avoir de magasin de vente au détail de cannabis dans leur communauté, si elles le souhaitent.

« Le gouvernement fédéral a établi des délais très serrés pour la légalisation du cannabis, dit le ministre responsable de la SLGA, Gene Makowsky. Notre gouvernement fait preuve de diligence pour veiller à ce que la vente et la réglementation du cannabis en Saskatchewan atteignent un équilibre entre la sécurité publique et l'accès pour les consommateurs. »

Les magasins seront limités à la vente de cannabis, d'accessoires de cannabis et d'articles auxiliaires.

Les magasins devront déclarer leur inventaire de cannabis afin de s'assurer que les consommateurs ont accès à des produits sécuritaires et légaux provenant de grossistes réglementés.

Une tierce partie indépendante sera engagée pour aider la SLGA dans la sélection des détaillants. Une première étape de sélection permettra d’examiner la capacité financière des candidats, ainsi que leur habileté à maintenir un inventaire. Les candidats qualifiés seront ensuite sélectionnés de façon aléatoire.

Les détails concernant les critères et les dates de demande de permis ainsi que les frais de permis seront divulgués par le gouvernement au cours des prochaines semaines.

Une décision sur l'âge minimum pour la consommation de cannabis sera prise au printemps.

Trop peu trop tard selon le NPD

La chef intérimaire du NPD en Saskatchewan, Nicole Sarauer, déplore le manque de détails compris dans l'annonce du gouvernement, notamment en ce qui a trait à l'âge et les conditions auxquelles devront se plier les distributeurs de cannabis.

Selon elle, « les aspirants vendeurs pourraient être portés à quitter la Saskatchewan si cela prend trop de temps de connaître les régulations ».

Nicole Sarauer à l'Assemblée légilsativeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La chef par intérim du Nouveau Parti démocratique en Saskatchewan, Nicole Sarauer, trouve imprécises les déclarations du gouvernement provincial sur la régulation de la vente du cannabis.

Photo : Radio-Canada / Anne-Hélène Mai

Nicole Sarauer estime que le gouvernement n'a pas tenu compte des consultations publiques menées jusqu'à présent, selon lesquelles les résidents désirent plus d'implication de la SLGA dans la commercialisation du cannabis.

Elle s'inquiète aussi du flou dans lequel les municipalités sont laissées, d'après elle.

Le maire de Regina, Michael Fougere, souligne le manque de clarté concernant le système de sélection des distributeurs de cannabis par loterie. Il regrette aussi que le dossier du revenu accordé aux municipalités n'ait pas été abordé.

Michael Fougere et le maire de Saskatoon avaient communiqué leur souhait de recevoir un tiers du revenu provincial de la vente de cannabis pour financer sa régulation.

Coup d'envoi pour les municipalités

À Saskatoon, le maire Charlie Clarke se dit pressé d'entamer les démarches de zonage des distributeurs. Plusieurs points restent à préciser pour sa Ville selon lui, tels que la consommation dans les lieux publics et près des écoles.

Les autres Villes sont impatientes de commencer à instaurer les règlements municipaux, selon le président de l'Association des municipalités urbaines de la Saskatchewan (SUMA), Gordon Barnhart. Il précise d'ailleurs que la question de la légalisation sera au programme du congrès de la SUMA le mois prochain.

Saskatchewan

Drogues et stupéfiants