•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

Pourquoi cette page Facebook de fausses nouvelles a-t-elle droit au crochet « vérifié »?

La fausse nouvelle en question affirme que l'incendie dans la Trump Tower était en fait une tentative d'assassinat du président.

Une des deux fausses nouvelles sur l'incendie publiées par Neon Nettle.

Photo : Capture d'écran Facebook

Jeff Yates

CHRONIQUE – Les fausses nouvelles ne me surprennent plus. Par contre, j'avoue avoir sursauté quand j'ai vu deux articles qui affirment – à tort – que le président américain, Donald Trump, a été victime d'un assassinat. La raison? Elles proviennent d'une page Facebook qui a près de 550 000 abonnés – et qui est vérifiée.

Lundi matin, un petit incendie sur le toit de la Trump Tower, à New York, a été signalé. Voilà que deux nouvelles assez alarmantes se sont mises à circuler peu de temps après, vers 7 h!

L'une d'entre elles annonçait que le président manquait à l'appel et qu'on craignait pour sa vie (Nouvelle fenêtre). L'autre affirmait que le feu était en fait une tentative d'assassinat du président. Encore plus alarmant, on avançait que cet attentat proviendrait du Deep State (Nouvelle fenêtre) (État profond), soit un groupe de conspirationnistes qui inclurait de puissants acteurs de la communauté de renseignement aux États-Unis et qui chercherait à nuire à Trump.

Ces deux histoires sont fausses. Finalement, seulement deux personnes, un pompier et un ingénieur, ont subi des blessures mineures (Nouvelle fenêtre). L'incendie a causé peu de dommages. Les enquêteurs ont déjà déterminé qu'il proviendrait d'un problème électrique.

M. Trump est d'ailleurs sain et sauf. À preuve, il a envoyé un gazouillis plus de deux heures après l'incident.

L'histoire est fausse. Problème réglé?

Pas tout à fait, parce que Neon Nettle, la page Facebook qui a publié ces fausses nouvelles, est non seulement populaire, mais elle est aussi « certifiée » par le réseau social.

On voit que la page arbore un crochet gris à côté du nom, ce qui signifie qu'elle est vérifiée.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La page principale de Neon Nettle.

Photo : Capture d'écran Facebook

Facebook accorde un petit crochet à une page vérifiée (Nouvelle fenêtre), un symbole qui signifie qu'elle appartient véritablement à la personne ou à l'organisme qu'elle prétend représenter. Allez sur la page Facebook de n'importe quel média d'information et vous verrez le crochet bleu. Celui-ci donne de la crédibilité à une page. En 2015, Facebook a lancé le crochet gris pour les petites entreprises. Contrairement au crochet bleu, il n'apparaît pas dans le fil d'actualité, mais il sert tout de même à indiquer l'authenticité d'une page. C'est ce crochet gris qui a été accordé à Neon Nettle.

Subconsciemment ou non, le crochet donne aux pages un caractère plus « officiel », puisqu'elles ont fait l'objet d'une vérification de la part de Facebook. Certains gestionnaires de communauté affirment aussi que la vérification augmente la portée des publications.

Lorsqu'on met notre curseur sur le crochet en question, on apprend que « Facebook confirme l'authenticité de la page ou de cette entreprise ou organisation ». Dans le cas de Neon Nettle, la page se présente comme « une source de nouvelles indépendante ». En d'autres mots, Facebook confirme qu'il s'agit véritablement d'une source de nouvelles.

Alors pourquoi cette page, qui a publié deux fausses nouvelles flagrantes en l'espace d'une heure, a-t-elle passé le test de la vérification? Elle n'en est pourtant pas à sa première infraction du genre. À l'aide de la plateforme d'analyse des réseaux sociaux BuzzSumo, nous pouvons voir que plusieurs des plus gros succès de Neon Nettle étaient de fausses nouvelles.

On voit les articles qui ont obtenu le plus de succès, dont quatre fausses nouvelles. « Un agent mourant du Mi5 affirme sur son lit de mort avoir tué la princesse Diana » (174 000 partages); « Brad Pitt affirme que les États-Unis sont contrôlés par des pédophiles d'Hollywood » (107 000 et 93 000 partages); « Amnistie internationale confirme que les États-Unis ont donné 1 G$ d'armement à l'EI » (94 000 partages).Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les plus gros succès du site Neon Nettle en 2017.

Photo : Capture d'écran BuzzSumo

En fait, Neon Nettle a publié une dizaine de fois la même fausse nouvelle l'année dernière, à savoir que l'acteur Brad Pitt aurait dit que Hollywood est secrètement contrôlé par un groupe de pédophiles (Nouvelle fenêtre), ce qu'il n'a jamais fait. Peu importe, la fausse nouvelle a généré près de 90 000 partages sur Facebook chaque fois qu'elle a été publiée. Si ce n'est pas exploiter Facebook, ça, j'aimerais bien savoir ce que c'est.

Le site de vérification des faits Snopes a répertorié une dizaine de fausses nouvelles provenant de la page Neon Nettle en 2017 seulement (Nouvelle fenêtre). Ce n'est rien de nouveau.

Alors je répète la question : pourquoi cette page a-t-elle passé le test de la vérification?

En réponse à un courriel, Facebook a confirmé avoir retiré son crochet de vérification. On a aussi expliqué que le crochet servait à confirmer qu'une page appartient véritablement à l'entreprise qu'elle représente. Ces entreprises peuvent obtenir une telle certification en présentant un document d'affaires, telle une facture, a-t-on ajouté.

J'ai aussi contacté Neon Nettle, sans réponse.

Facebook affirme prendre les fausses nouvelles au sérieux. L'entreprise a annoncé plusieurs mesures pour combattre ce fléau. En outre, son fondateur, Mark Zuckerberg, a mentionné cette lutte dans ses résolutions pour 2018.

Dans cette optique, il serait probablement avisé de ne pas accorder un symbole de crédibilité à une page Facebook récidiviste, qui pollue le web avec sa désinformation.

Fausses nouvelles

Société