•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Incendie à Pubnico : une onde de choc dans la communauté

Un incendie à Pubnico, en Nouvelle-Écosse, a fait quatre jeunes victimes.

Un incendie à Pubnico, en Nouvelle-Écosse, a fait quatre jeunes victimes.

Photo : Radio-Canada / Olivier Lefebvre

Radio-Canada

La communauté de Pubnico, en Nouvelle-Écosse, est sous le choc après que quatre enfants de la localité eurent perdu la vie dans un incendie qui a éclaté dans la nuit de samedi à dimanche.

Un texte de Camille Martel

« On se demande toujours pourquoi ces choses-là arrivent », déplore Gilles Korent, propriétaire du gîte Yesteryear’s, situé à quelques mètres de la maison qui a brûlé.

Gilles Korent a appris la macabre nouvelle lorsqu'il s'est levé dimanche matin.

« J’ai vu le camion de pompier, les lumières et les policiers qui sortaient de la maison », indique-t-il.

Gilles Korent, propriétaire du gîte Yesteryear’s, à PubnicoAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Gilles Korent, propriétaire du gîte Yesteryear’s à Pubnico.

Photo : Radio-Canada

Il dit être sorti de la maison par la suite pour aller questionner les policiers qui dirigeaient la circulation devant chez lui.

« On m'a seulement dit que des gens avaient été admis à l'hôpital », explique-t-il.

Lorsqu'il a vu ses voisins à l'extérieur de la maison en flammes, il a offert de les accueillir dans son gîte, car « il faisait très froid ».

C'est très très triste.

Gilles Korent, propriétaire du gîte Yesteryear’s

Nouveau dans la communauté

Arrivés en mai dernier, Gilles Korent et sa femme sont nouveaux dans la petite communauté de Pubnico. Malgré tout, M. Korent dit ressentir l'onde de choc que le drame a provoqué dans le village.

Il ne reste plus rien de la maison dans laquelle quatre enfants ont péri, à Pubnico.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La maison incendiée à Pubnico en Nouvelle-Écosse a été complètement détruite.

Photo : Radio-Canada / Olivier Lefebvre

« On est un peu séparés, car on est nouveaux, mais on sent que c’est très dramatique, ajoute-t-il. Mon épouse était très ébranlée. »

La communauté est très liée et tout le monde connaît tout le monde.

Gilles Korent, propriétaire du gîte Yesteryear’s

Selon lui, l'heure est désormais au rétablissement. « Je pense que tous les gens vont se mettre ensemble et faire ce qu’il faut pour se remettre du drame ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouvelle-Écosse

Justice et faits divers