•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des propriétaires de logements veulent y interdire la consommation de cannabis

Un consommateur fume un joint de marijuana.

Un consommateur fume un joint de marijuana.

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des propriétaires de logements au Québec ont commencé à envoyer des avis de renouvellement de bail dans lesquels une clause interdit de fumer du cannabis sur les lieux.

Selon l'Association des propriétaires du Québec, une majorité de ses membres a l'intention d'interdire la culture et la consommation de cette drogue qui doit être légale en juillet prochain.

« C'est le même principe que pour la cigarette, c’est de la fumée », soutient Normand Poulin, qui est propriétaire d’un immeuble de trois logements à Sherbrooke.

On veut éviter que la fumée secondaire incommode les autres locataires.

Une citation de : Normand Poulin, propriétaire de logements à Sherbrooke

M. Poulin a récemment fait parvenir à ses locataires un avis de renouvellement de bail dans lequel il a ajouté une clause qui interdira de fumer du cannabis lorsque la drogue sera légale.

L'Association des propriétaires du Québec affirme qu'une majorité de ses membres ont confié dans un sondage qu'ils s'attendaient à recevoir des plaintes de locataires concernant la fumée de cannabis et qu'ils allaient interdire la consommation de cette drogue dans leurs immeubles.

« Il s'agit d'interdire la fumée de cannabis », précise la porte-parole de l’association, Annie Poulin.

« Il y a d'autres modes de consommation, des produits dérivés. Donc, l'idée ce n'est pas d'interdire la consommation en soi, mais c'est vraiment d'interdire la consommation qui a des conséquences pour les autres », ajoute-t-elle.

Mesure discriminatoire?

Cette interdiction soulève le mécontentement de certains locataires.

Le porte-parole de l'Association des locataires de Sherbrooke, Normand Couture, croit en effet que cette mesure est discriminatoire.

« Un logement, c'est l'habitat de plusieurs ménages locataires, puis c'est notre habitat tant qu'on paye, on entretient [l’endroit]. C'est chez nous », fait-il valoir.

Donc, si on veut consommer du cannabis, consommer des cigarettes, le propriétaire ne peut empêcher ça.

Une citation de : Normand Couture, porte-parole de l’Association des locataires de Sherbrooke

M. Couture précise que si un propriétaire décide d'ajouter une clause au bail qui interdit de fumer du cannabis dans son immeuble, le locataire, lui, a tout le loisir de la contester.

L’entrée en vigueur de la légalisation du cannabis au Canada est prévue pour le 1er juillet 2018.

D’après un reportage d’Éric Plouffe et de Marion Bérubé

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !