•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'avenir de l'île d'Anticosti

Le Cap de la Vache qui pisse, sur l'île d'Anticosti

Le Cap de la Vache qui pisse, sur l'île d'Anticosti

Photo : Gaétan Laprise

Radio-Canada

Après une année chargée pour Anticosti, notamment avec le dépôt de la candidature de l'île au patrimoine mondial de l'UNESCO, la fin des possibilités d'exploitation pétrolière et l'étude d'un projet de lien maritime, le maire d'Anticosti, John Pineault estime qu'il reste encore beaucoup de travail à accomplir pour assurer le futur de l'île.

Malgré le chemin parcouru cette année, Anticosti demeure menacée par la faible vitalité de la démographie et des services, indique le maire John Pineault

John Pineault, maire de la municipalité de l'ìle d'Anticosti.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

John Pineault, maire de la municipalité de l'ìle d'Anticosti.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Nos enfants quittent les régions, vont faire leurs études, mais ne reviennent pas. Présentement à Port-Menier, on a une grande école, mais on a six enfants dedans.

John Pineault, maire de l'île d'Anticosti

Gaetan Laprise, un résident de l'île depuis plus de 30 ans, croit aussi qu'il faut réussir à attirer plus de résidents sur Anticosti.

Plutôt que la population du village baisse, comme depuis 20-25 ans, il faut qu'elle remonte. Pour qu'elle remonte, il faut qu'il y ait de l'activité, de l'emploi, des services.

Gaétan Laprise, résident de l'île d'Anticosti
La majestueuse chute Vauréal constitue un joyau du parc national de l'île d'AnticostiAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La majestueuse chute Vauréal, joyau du parc national de l'île d'Anticosti

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Selon le maire, l'avenir d'Anticosti réside dans le désenclavement de l'île par un lien maritime et dans le développement du tourisme, notamment pendant la saison hivernale.

Je pense qu'il y a énormément à faire ici, il y a énormément d'investissements à faire. C'est sûr que le type de tourisme que l'on cherche, c'est un tourisme de 8 à 10 mois par année, ça inclut du tourisme d'hiver

John Pineault, maire de l'île d'Anticosti

Gaetan Laprise soutient qu'un allongement de la saison touristique faciliterait la vie des entreprises de l'île. La plupart d'entre elles n'ouvrent leur porte que trois mois par année.

L'eau des rivières est limpide sur AnticostiAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'eau des rivières est limpide sur Anticosti.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

De pouvoir aller chercher toute la saison d'été, ça ferait une grosse différence pour tout ce qui est commerce, tout ce qui est emploi, tout ce qui est services, les pourvoiries, les activités du parc Anticosti etc.

Gaétan Laprise, résident de l'île d'Anticosti

Pour parvenir à développer les activités touristiques, John Pineault compte entre autres sur le dépôt de la candidature d'Anticosti au patrimoine mondiale de l'UNESCO. Le gouvernement fédéral a fait savoir en décembre dernier qu'il appuyait la candidature de l'île. Avec cet appui, Anticosti pourra maintenant produire un dossier qui sera déposé à l'UNESCO.

Côte-Nord

Économie