•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Washington donne le feu vert à l’exploitation du pétrole en mer

L'administration Trump entend rouvrir la presque totalité des eaux territoriales à l'exploitation pétrolière.

L'administration Trump entend rouvrir la presque totalité des eaux territoriales à l'exploitation pétrolière.

Photo : La Presse canadienne / AP Photo/Mark J. Terrill

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'administration Trump entend permettre de nouveau l'exploitation pétrolière et gazière au large de ses côtes, revenant ainsi sur des dispositions de protection environnementale prises par l'ex-président Barack Obama.

La décision, annoncée jeudi par le secrétaire de l’Intérieur Ryan Zinke, aura pour effet de rouvrir 90 % des eaux territoriales américaines aux forages en haute mer à partir de 2019.

Selon des estimations, ces eaux abriteraient 98 % des ressources encore inexploitées de pétrole et de gaz aux États-Unis.

Concrètement, le gouvernement entend accorder 47 autorisations de forage en cinq ans. Il y aurait 19 concessions au large de l’Alaska, 7 dans le Pacifique, 12 dans le golfe du Mexique et 9 dans l’Atlantique.

Après le resserrement des règles par l’administration Obama, seulement 6 % des eaux côtières américaines pouvaient être exploitées.

« Nous voulons développer l'industrie énergétique en mer de notre nation au lieu de la céder lentement à des intérêts étrangers », a souligné le secrétaire Zinke, ajoutant que le projet s'intègre au programme American energy dominance de l'administration Trump.

« Il y a une différence claire entre faiblesse et domination pour ce qui est de l'énergie, a ajouté M. Zinke. Avec le président Trump, nous serons la superpuissance la plus forte, car nous en avons les moyens », a-t-il dit.

La nouvelle a réjoui les producteurs de pétrole. « Étendre l'accès à des réserves maritimes supplémentaires va permettre aux États-Unis de mieux savoir où sont les potentialités de production et où le capital doit être investi », a affirmé l'Association des producteurs indépendants de produits pétroliers américaine dans un communiqué.

Opposition

Mais cette mesure a été immédiatement dénoncée par des organisations de défense de l'environnement.

« L'expansion des forages en mer fait face à une forte opposition émanant des représentants des deux partis (républicain et démocrate), des communautés littorales, tout comme des gouverneurs d'États comme le New Jersey, les Carolines du Nord et du Sud, la Virginie et la Floride », a affirmé le Sierra Club, l'une de ces principales organisations.

« Plutôt que d'écouter les gens qu'ils sont censés servir, Trump et Zinke écoutent les industriels qui ont financé leur campagne et composent leur administration », soutient l'organisation.

Le gouverneur républicain de la Floride, Rick Scott, a lui aussi dénoncé cette mesure.

« J'ai tout de suite demandé à rencontrer le secrétaire Zinke pour discuter des préoccupations soulevées par ce projet et de la nécessité de retirer la Floride de la liste [des zones exploitables] », a-t-il indiqué dans un communiqué.

Frank Knapp, fondateur de la Chambre de commerce des petites entreprises de Caroline du Sud, a quant à lui reproché à Washington de favoriser le secteur pétrolier et gazier aux dépens du tourisme.

La production de brut aux États-Unis est en forte progression depuis 2011. Elle atteint 9,7 millions de barils par jour, soit près de la moitié de la consommation du pays.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !