•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des compressions budgétaires à Saint-Pacôme

Saint-Pacôme.

Saint-Pacôme

Photo : Facebook / Municipalité de Saint-Pacôme.

Radio-Canada

Les états financiers de Saint-Pacôme forcent la municipalité à trouver des solutions pour se donner de l'oxygène et ainsi équilibrer son budget pour 2018. Le maire Robert Bérubé affirme que des compressions sont nécessaires.

Un texte de Jérôme Lévesque-Boucher

Élu en novembre, le maire explique que les états financiers de Saint-Pacôme sont préoccupants depuis plusieurs années. Nombre de projets, notamment celui du réseau d'aqueduc et d'égout, sont à l'origine de cette situation qui a mené la municipalité à des niveaux d'endettement hors de l'ordinaire.

Toujours selon Robert Bérubé, le taux d'endettement de Saint-Pacôme atteint maintenant 30 %.

Habituellement, une municipalité peut s'en sortir avec un taux d'endettement de 20 % sans prendre de risque. Notre situation est plus complexe. L'endettement total de Saint-Pacôme est d'environ 4 millions de dollars.

Robert Bérubé, maire de Saint-Pacôme

Le maire affirme qu'en ayant hérité du prêt de la Station plein air en avril dernier, la municipalité vit un choc budgétaire. « C'est une dette de 310 000 $ qui provient directement de la fermeture de la station, qui avait contracté ces dettes-là. Comme nous sommes toujours en réflexion sur la réouverture de la Station, nos prêteurs ont exigé le remboursement du prêt [avec les intérêts]. »

La municipalité a dû faire un emprunt supplémentaire pour rembourser le prêt de la Station plein air. « Ça ajoute de la pression sur notre budget », précise Robert Bérubé.

Les remontés mécaniques de la Station plein-air Saint-PacômeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les remontées mécaniques de la Station plein-air Saint-Pacôme

Photo : Radio-Canada / ICI Radio-Canada/Patrick Bergeron

Déjà des conséquences

L'agente au développement de la municipalité, Yvonne Tremblay, a vu son salaire suspendu jusqu'au 12 mai prochain. Le maire s'empresse de rappeler qu'il s'agit d'une mise à pied temporaire, le temps que les finances de la municipalité se redressent.

« On ne peut pas se passer des services de notre agente de développement pour une année complète. C'est une décision très difficile à prendre », insiste Robert Bérubé. Cette décision a été prise en lien avec certains critères que se sont donnés les conseillers pour élaborer le budget.

Les tâches de l'agente de développement, aux communications et à la culture, seront partagées entre les conseillers en poste.

Un peu d'optimisme

Toutefois, le maire précise que 2018 ne devrait être qu'un dur moment à passer pour Saint-Pacôme. Comme la première phase du réseau d'aqueduc et d'égout sera totalement payée, il y aura une marge de manœuvre en 2019.

Ça va réduire notre dette à environ 3,4 millions de dollars. On va pouvoir souffler un peu.

Robert Bérubé, maire de Saint-Pacôme

Un autre prêt d'environ 60 000 $ arrivera également à échéance, ce qui permettra d'effacer davantage de notes sur l'ardoise.

Le maire rappelle également que, malgré les sacrifices dans les secteurs culturels et aux communications, les activités dédiées aux jeunes de la municipalité seront bonifiées en 2018.

« On ouvre le centre Focus, spécifiquement dédié à eux. Il y aura aussi de meilleurs services provenant du responsable en loisir. Il faut absolument inciter nos jeunes à rester à Saint-Pacôme. Ça, c'est primordial. »

Rencontre avec les citoyens

Une rencontre avec les Pacômois est prévue avant le dépôt du budget, le 22 janvier. « On n'a pas arrêté de date précise sur cette rencontre, mais c'est certain qu'elle se fera. »

Cette séance aura pour but de présenter deux options budgétaires aux citoyens. « La première est sévère et comporte une très légère augmentation de taxes. Mais on n'aurait pas de marge de manœuvre en cas d'imprévu. L'autre est moins choquante, mais elle inclut une plus grosse augmentation de taxes pour garder les services qui seraient réduits dans le premier scénario », résume le maire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Économie