•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Froid polaire : les brise-glaces déjà à l’oeuvre sur la côte est

Un bateau de la Garde côtière canadienne.

Un bateau de la Garde côtière canadienne

Photo : CBC/Randy McAndrew

Radio-Canada

Les températures polaires des derniers jours ont accéléré la formation de glace dans le golfe du Saint-Laurent et dans certaines baies de la côte est.

Un représentant de la Garde côtière canadienne en Atlantique, Trevor Hodgson, affirme que deux brise-glaces sont déjà à l’oeuvre dans le golfe pour garder les voies de navigation dégagées. Au moins deux autres devraient se joindre à eux au cours des prochains jours.

« À la même période, l’an dernier, il y avait très peu de glace dans le golfe, et un petit peu dans les baies et dans les ports », précise-t-il.

La banquise s'est formée plus tôt que d'habitude dans le détroit de Northumberland, autour du pont de la Confédération.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La banquise s'est formée plus tôt que d'habitude dans le détroit de Northumberland, autour du pont de la Confédération.

Photo : Environnement et Changement climatique Canada

Cette année, la glace a déjà envahi le détroit de Northumberland et des baies comme celle de Miramichi et des Chaleurs – une situation que M. Hodgson qualifie de normale.

Les glaces n’ont pas eu le temps de se solidifier, toutefois. Le travail des brise-glaces en est donc facilité.

La situation pourrait changer avec la forte tempête qui frappera l’Atlantique jeudi. « Lorsque la tempête traversera le golfe du Saint-Laurent, nous nous attendons à ce qu’elle disloque une grande partie de la glace qui s’est formée », dit-il.

Le brise-glace Henry Larsen à l'oeuvre dans le port de Charlottetown, mercredi matinAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le brise-glace Henry Larsen à l'oeuvre dans le port de Charlottetown, mercredi matin

Photo : CBC/Randy McAndrew

Des hélicoptères de la Garde côtière canadienne survolent le golfe du Saint-Laurent pour évaluer l’état des glaces. Les renseignements recueillis par ces appareils, par les navires de la Garde côtière et par des satellites sont publiés quotidiennement sur le site web de l’agence.

Quelle que soit la situation des glaces au cours des prochaines semaines, la Garde côtière est prête à toute éventualité, conclut M. Hodgson.

Avec les informations de CBC

Nouveau-Brunswick

Environnement