•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Refonte du système d’aide à l’enfant : discorde entre Ottawa et le Manitoba

Jane Philpott intervient lors de la période des questions.
La ministre des Services aux Autochtones, Jane Philpott, à la Chambre des communes. Photo: La Presse canadienne / Adrian Wyld

La ministre fédérale des Services aux Autochtones, Jane Philpott, se dit préoccupée par le projet de réforme du système manitobain de protection de l'enfance.

Elle pense notamment que les mesures incitatives au Manitoba visant à encourager les familles non autochtones à adopter des enfants des Premières Nations devraient être évitées afin de ne pas reproduire les erreurs du passé.

Selon Mme Philpott, la situation actuelle est comparable à celle des pensionnats qui arrachaient jadis les enfants à leur famille et à leur culture.

À l’heure actuelle, alors que les Autochtones représentent 17 % de la population manitobaine, près de 90 % des 10 700 enfants pris en charge par le gouvernement sont Autochtones.

N’y a-t-il pas un moyen de garder un bébé, un petit ou un enfant dans sa communauté et entouré de sa culture, de sa langue et de sa famille élargie, au lieu de recourir à payer des familles non autochtones pour les garder?

Jane Philpott, ministre des Services aux Autochtones

Les dirigeants des Premières Nations disent depuis longtemps que le système est conçu pour encourager la saisie des enfants, parce que les organismes sont payés en partie en fonction du nombre d'enfants dont ils s'occupent.

Néanmoins, le gouvernement progressiste-conservateur de Brian Pallister poursuit résolument des réformes du système qui verront une subvention accordée aux tuteurs légaux des enfants, peu importe leur culture.

Un incitatif aux relations durables

Dans une déclaration, Scott Fielding, le ministre du ministère de la Famille du Manitoba qui supervise la restructuration du système de protection de l’enfance, souligne qu'il existe « de fausses idées entourant les formes prévues par la province ».

Notre priorité est de garder les enfants dans leur famille et dans leur communauté d'origine. Si le regroupement n'est pas possible pour des raisons de sécurité ou autres, on tente ensuite de confier la garde de l'enfant à une relation.

Scott Fielding, ministre manitobain de la Famille

En vertu du système actuel, les parents d’accueil reçoivent des subventions qui prennent fin quand quelqu’un assume le statut de gardien légal de l’enfant, explique le ministre Fielding.

« De nouvelles subventions aux personnes qui cherchent à obtenir la tutelle permanente des enfants serviront d’importants incitatifs aux membres de la famille de l’enfant. Ceux-ci seront donc plus enclins à développer des relations durables avec le jeune, qui en tirera un plus grand bien-être », assure le progressiste-conservateur.

Le ministre Fielding dit qu’il a rencontré la ministre fédérale Philpott à la fin décembre et qu’il a hâte de discuter plus longuement avec l’Ontarienne lors de la prochaine réunion d’urgence entre homologues provinciaux en janvier.

Manitoba

Autochtones