•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Il y a 40 ans : le déménagement surprise de la Sun Life

    Ce soir, 6 janvier 1978
    Radio-Canada

    Le 6 janvier 1978, la Financière Sun Life annonce le transfert de son siège social de Montréal vers Toronto. Pour justifier ce déménagement, la compagnie créée au Québec invoque les contraintes linguistiques à la suite de l'adoption de la loi 101. Retour en archives sur cette véritable onde de choc pour la province alors dirigée par René Lévesque.

    D’abord, cette nouvelle tout à fait inattendue : la Sun Life du Canada a annoncé le déménagement de son siège social de Montréal à Toronto. Et les principales raisons seraient linguistiques. La compagnie refuse d’opérer en français.

    Le présentateur Bernard Derome

    Ce jour-là, l’annonce de la Sun Life fait la une du bulletin de nouvelles Ce soir, animé par Bernard Derome. La surprise est totale, mais le poids de cette décision sur la réputation de l’assureur emblématique se fait déjà sentir.

    De l’Assemblée nationale, le journaliste Gilles Liboiron rapporte les propos de Jacques Parizeau. Le ministre des Finances du Québec a tenu une conférence de presse aussitôt la nouvelle connue. Balayant de son discours les motifs linguistiques, ce dernier s’attaque plutôt à l’administration de la Sun Life. Il la qualifie de pire compagnie exportatrice d’épargne au Québec et dénonce qu’elle n’ait jamais fait d’effort pour franciser son personnel de direction.

    Alors que cette compagnie a résisté comme elle a pu depuis plusieurs années à l’embauche de francophones, là quand le jeu éclate et que les règles deviennent claires […] elle comprend les règles du jeu et puis elle sort son siège social.

    Le ministre des Finances Jacques Parizeau

    Une décision de la Cour suprême du Canada permettant aux provinces d’imposer des règles de placement aux compagnies d’assurances expliquerait selon lui le départ de la Sun Life.

    La réaction du premier ministre du Québec

    Six jours plus tard, le premier ministre René Lévesque réagit à son tour à ce qu’on nomme désormais « l’Affaire Sun Life ». Sa réponse ouvre le Téléjournal du 12 janvier 1978, présenté par Normand Harvey.

    À Québec, le journaliste Gilles Liboiron résume sa déclaration. Le premier ministre René Lévesque interprète ce transfert du siège social comme un refus hargneux de la Sun Life d’accepter l’évolution normale du Québec. Il soutient que la loi 101 prévoit toute la souplesse requise pour la francisation d’une telle entreprise. Il croit plutôt que la décision de la compagnie d’assurances repose sur des motifs politiques et dénonce le climat de propagande que cela entraîne.

    Certaines propagandes continuellement négatives ne peuvent pas être autre chose, à moins qu’il s’agisse d’une bande d’inconscients, qu’une sorte d’intention de déstabilisation au point de vue économique.

    Le premier ministre René Lévesque

    Le gouvernement péquiste compte bien résister à ces tentatives de déstabilisation économique et n’a pas l’intention de convaincre la Sun Life de renoncer à ce déménagement.

    Un déménagement sur deux ans

    Contrairement à une croyance populaire, le déménagement du siège social de la Sun Life ne s’est pas déroulé en une nuit. Il s’est plutôt étalé sur deux ans. Il fallait d’abord construire un nouvel édifice au centre-ville de Toronto pour abriter les 600 membres du personnel de la direction.

    Dans ce reportage au Téléjournal du 13 février 1980, le transfert est en voie d’être terminé. Le journaliste Jean-Yves Michaud explique que 300 employés devraient s’établir dans les nouveaux bureaux de Toronto au cours de l’année. Cela fait suite à un transfert massif de plus de 200 personnes l’année précédente. En assemblée annuelle à Toronto, le président de la compagnie Thomas Gault affirme que les clients se sentent maintenant plus en sécurité.

    1500 employés continuent de travailler dans les bureaux de Montréal. Ils gèrent la plus grande partie des transactions d’assurances. S’il n’y a pas eu de mises à pied, l’entreprise a plutôt dû mettre en place un programme de recrutement et de formation. Plus d’une centaine d’agents ont en effet quitté les rangs de la Sun Life en réaction à l’annonce de 1978.

    La Sun Life aujourd’hui

    Depuis plusieurs années, la Financière Sun Life travaille à redorer son blason au Québec. En 2010, elle a mis en place une équipe de direction francophone à Montréal. Isabelle Hudon, figure bien connue du milieu des affaires québécois, s'est alors jointe à la Sun Life. Elle y est demeurée jusqu’à sa nomination comme ambassadrice du Canada en France, à l’automne 2017. Le Québécois Robert Dumas assure pour sa part la présidence de la Financière Sun Life Québec depuis 2014.

    À Montréal, l’entreprise demeure installée dans le prestigieux édifice Sun Life, en face du square Dorchester. Récemment, la Financière Sun Life a également ouvert un bureau au 5445 de Gaspé dans le quartier Mile End.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Grand Montréal