•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mitt Romney pourrait faire un retour en politique comme sénateur

Mitt Romney est un des principaux critiques du président Trump au sein du parti républicain.
Mitt Romney est l'un des principaux critiques du président Trump au sein du Parti républicain. Photo: Associated Press / Evan Vucci

Le sénateur de l'Utah, Orrin Hatch, a annoncé mardi qu'il ne se représentera pas en novembre prochain, laissant la voie libre à l'un des principaux détracteurs du président Trump, Mitt Romney.

L’homme de 70 ans n’a pas encore corroboré les rumeurs alléguant son retour en politique, mais il ne les a pas démenties non plus.

Mitt Romney pourrait se présenter aux élections de novembre prochain, soit cinq ans après sa défaite aux présidentielles contre Barack Obama.

S’il brigue le siège au Sénat, le républicain devrait jouir d’une bonne avance sur ses adversaires.

Mitt Romney est déjà très populaire en Utah, notamment en raison de sa confession religieuse. L’État de l’ouest des États-Unis comporte une forte population mormone, dont il fait partie.

L’homme politique est aussi considéré comme le « sauveur » des Jeux olympiques de 2002 à Salt Lake City, où il a pris en charge l’évènement après l’éclatement d’un scandale financier.

Après l’annonce de la retraite d’Orrin Hatch, Mitt Romney a publié un message sur sa page Facebook saluant le travail du sénateur.

Le sénateur Hatch a défendu les intérêts de l’Utah avec distinctions et honneur.

Mitt Romney

Tensions avec Trump

Même s'il s'est écarté de la scène politique depuis quelques années, Mitt Romney s’était fait entendre durant la campagne de 2016 comme l'un des principaux détracteurs de Donald Trump au sein du Parti républicain.

Dans les premiers droits de la campagne, il avait qualifié Trump de « charlatan » et d’« imposteur », expliquant que le candidat prenait « les Américains pour des pigeons ».

Au printemps 2016, le républicain avait poursuivi son offensive contre Donald Trump en prononçant un discours à Salt Lake City. Il avait encore une fois dénoncé les escroqueries du républicain qui, selon lui, « n’avait ni le tempérament ni le jugement pour être président ».

Le président américain, Donald Trump, et l'ancien gouverneur du Massachusetts, Mitt Romney, après un entretien en novembre 2016.Le président américain, Donald Trump, et l'ancien gouverneur du Massachusetts, Mitt Romney, après un entretien en novembre 2016. Photo : Reuters / Mike Segar

Depuis, l’arrivée de Trump à la Maison-Blanche, Mitt Romney a toutefois diminué ses critiques. Le républicain avait même un moment été considéré pour être le nouveau chef de la diplomatie aux côtés du président. La tension entre les deux hommes reste toutefois palpable.

Devant les rumeurs du retour de Mitt Romney, Trump avait d'ailleurs appelé publiquement le sénateur en place, Orrin Hatch, à se représenter aux législatives de novembre, mais celui-ci a préféré prendre sa retraite.

L’écart au Sénat se resserre

La possible venue de Mitt Romney au sein du Sénat n’est toutefois pas le seul évènement susceptible de mettre des bâtons dans les roues de Donald Trump.

Deux nouveaux démocrates doivent être assermentés comme sénateurs mercredi, resserrant ainsi l’écart avec les républicains.

L’arrivée de Doug Jones et Tina Smith portera à 51 contre 49 le nombre de sièges alloués aux républicains et aux démocrates respectivement.

La situation est complexe au Sénat, alors que le leader républicain Mitch McConnell peine déjà à faire accepter le programme de l’administration Trump à temps pour les élections de mi-mandat en novembre prochain.

Doug Jones est le premier démocrate à être assermenté comme sénateur de l’Alabama en 25 ans. Il a remporté ses élections contre le controversé Roy Moore qui avait reçu l’appui du président Trump malgré des allégations d’inconduite sexuelle.

Tina Smith a quant à elle été élue au Minnesota après que le sénateur actuel, le démocrate Al Fraken, eut démissionné en raison d’accusations de nature sexuelle.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et Reuters

Politique américaine

International