•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les PDG les plus riches ont déjà gagné l’équivalent de votre salaire annuel

Ils ont déjà gagné votre salaire annuel
Radio-Canada

Peu avant 11 h, mardi matin, le dirigeant d'entreprise le mieux payé du Canada avait déjà gagné l'équivalent du salaire annuel moyen d'un travailleur, souligne le Centre canadien de politiques alternatives (CCPA); et chaque année, cette barre est franchie un peu plus tôt.

Selon un rapport du CCPA, les dirigeants d’entreprise salariés les mieux payés gagneront en 2018 environ 200 fois le salaire moyen d’un travailleur, qui oscille autour de 49 700 $.

D’après l’organisme qui a étudié les conditions salariales des 100 PDG les mieux payés parmi les entreprises inscrites à la Bourse de Toronto en 2016, ces derniers recevaient en moyenne un salaire annuel de 10,4 millions de dollars à cette époque.

Ils font maintenant votre salaire moyen avant votre deuxième tasse de café.

David Macdonald, économiste principal au Centre canadien de politiques alternatives

Le mieux payé d’entre tous en 2016 était Joseph Papa, PDG de la pharmaceutique Valeant, avec un revenu annuel de 83,1 millions de dollars.

Son plus proche concurrent était Don Walker, PDG de Magna International, fabricant de pièces de voitures, qui a touché un salaire annuel et des avantages de 28,6 millions de dollars.

Joseph Papa.Joseph Papa, PDG de la pharmaceutique Valeant, a touché un salaire annuel de 83,1 millions de dollars en 2016. Photo : Radio-Canada

Selon le Centre canadien de politiques alternatives, le salaire le plus bas parmi les 100 PDG les plus riches en 2016 était de 2489,62 $ de l'heure.

8 % d'augmentation en moyenne

Côté augmentation de salaire, les principaux dirigeants d’entreprise n’ont pas été en reste, avec des augmentations moyennes de 8 % en 2016 par rapport à leur salaire de 2015. Les salaires des travailleurs canadiens ont quant à eux augmenté de 0,5 % au cours de la même période, souligne le CCPA.

« Les PDG continuent, année après année, à creuser cet écart avec le travailleur moyen », a déclaré David Macdonald, auteur du rapport et économiste principal du CCPA, un groupe de réflexion qui étudie les questions d'iniquité économique.

Fait intéressant, le salaire de base octroyé aux PDG n’est pas très élevé, d'après M. Macdonald, qui a compilé tous les avantages monétaires que reçoivent les PDG. En fait, le salaire de base ne représenterait selon lui que 11 % de leur revenu global.

La majeure partie de leur revenu provenait plutôt d’attributions d'actions (33 %), de primes (26 %) et d’options d'achat d'actions (15 %).

Les avantages fiscaux que leur procurera cette formule de rémunération priveront le gouvernement canadien d’environ 840 millions de dollars cette année, estime David Macdonald.

Une mauvaise comparaison, selon certains

Or, bien que ces chiffres aient de quoi faire grincer des dents, la comparaison du salaire des PDG le plus riches au pays avec celui des travailleurs moyens est une mauvaise comparaison, selon Ian Lee, professeur d'administration à l'Université Carleton.

Selon lui, le salaire d’un travailleur moyen ne devrait pas être comparé à celui des patrons les plus riches, car il est normal que « les meilleurs joueurs gagnent beaucoup plus que la moyenne des gens. Il en va ainsi dans toutes les industries, qu’il s’agisse de sport, de finance ou de divertissement », précise Ian Lee.

Selon lui, ces gens gagnent beaucoup plus que la moyenne parce qu’ils possèdent des talents rares et recherchés dans l’industrie. Au même titre qu’un joueur de hockey vedette touche chaque année plusieurs millions de dollars de plus qu’une recrue de quatrième trio.

Les comparer à une personne ordinaire, c'est comme comparer des pommes à des kumquats. C'est une mauvaise comparaison.

Ian Lee, professeur d'administration de l'Université Carleton

Les femmes presque absentes du palmarès

Une femme à son bureau.Seules trois femmes figurent parmi les 100 PDG les mieux payés du Canada, selon le Centre canadien de politiques alternatives. Photo : iStock / praetorianphoto

En ce qui a trait à la présence de femmes dans le palmarès des PDG les mieux payés du Canada, elles se font plutôt rares, note le CCPA dans son rapport.

En effet, sur les 100 PDG les mieux rémunérés, trois seulement étaient des femmes en 2016. La mieux payée était en 12e position du palmarès. Il s’agissait de Linda Hasenfratz, de Linamar, avec un salaire annuel de 14,6 millions de dollars.

La suivante, au 66e rang, était Dawn L. Farrell, de Transalta, avec un salaire de 7,4 millions de dollars.

La troisième, Nancy Southern, PDG chez Atco and Canadian Utilities Limited, se situait au 94e rang avec un salaire annuel de 5,4 millions de dollars.

Pour l’économiste David Macdonald, bien du chemin reste encore à parcourir en matière d’équité salariale.

« Je pense qu'il est extrêmement difficile pour les femmes d'avoir accès à ce groupe, estime l’économiste en chef du CCPA. Il est clair qu'il n'y a aucun mouvement là-dessus. »

Selon Statistique Canada, les femmes gagnent en moyenne 87 ¢ pour chaque dollar gagné par les hommes au Canada.

Avec les informations de CBC News

Relations de travail

Économie