•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Séoul saisit la main tendue de Kim Jong-un

Deux enfants aux côtés de deux mascottes placées près d'une patinoire, à Séoul.
Deux jeunes patineurs sont assis sur un banc, à côté des mascottes des Jeux olympiques de Pyeongchang, Soohorang et Bandabi. Photo: La Presse canadienne / AP/Ahn Young-joon
Radio-Canada

La Corée du Sud propose de tenir des discussions avec la Corée du Nord dans une semaine, saisissant du coup la rare offre de dialogue formulée la veille par le leader nord-coréen Kim Jong-un. Si ces discussions se concrétisaient, elles pourraient être les premières du genre en plus de deux ans.

« Le gouvernement propose des entretiens à haut niveau avec la Corée du Nord le 9 janvier, dans la maison de la paix de Panmunjom », village frontalier où fut signé le cessez-le-feu de la guerre de Corée (1950-53), a indiqué mardi le ministre sud-coréen de l'Unification, Cho Myoung-gyon.

Nous sommes impatients de discuter avec franchise des intérêts des deux parties en face-à-face avec la Corée du Nord. Je le répète, le gouvernement est ouvert au dialogue avec la Corée du Nord, quels que soient le lieu, le moment ou la forme.

Cho Myoung-gyon, ministre sud-coréen de l'Unification

« Nous espérons que le Sud et le Nord pourront s'asseoir face à face pour discuter de la participation de la Corée du Nord aux Jeux de Pyeongchang de même que d'autres questions d'intérêt mutuel pour l'amélioration des relations intercoréennes », a-t-il précisé.

M. Cho a précisé que les discussions devraient principalement porter sur la participation de la Corée du Nord aux Jeux olympiques de Pyeongchang, une possibilité évoquée par le président Kim dans son discours à la nation du Nouvel An. Il a néanmoins espéré que « d'autres questions d'intérêt mutuel pour l'amélioration des relations intercoréennes » seront abordées.

La Corée du Nord n'a pas encore réagi à cette offre sud-coréenne, qui a été discutée avec les États-Unis, selon le ministre Cho.

Le sport rassembleur

Plus tôt dans la journée, le président sud-coréen Moon Jae-in avait salué l’offre du président Kim, en marge d'un conseil des ministres à Séoul.

Il a dit y voir « une réponse positive à notre proposition de faire en sorte que les Jeux olympiques […] soient une occasion révolutionnaire pour la paix. »

L'amélioration des relations entre la Corée du Nord et la Corée du Sud ne peut pas être séparée d'une solution au programme nucléaire nord-coréen, donc le ministère des Affaires étrangères devrait se coordonner étroitement avec nos alliés et la communauté internationale.

Moon Jae-in, président de la Corée du Sud

M. Moon, partisan de longue date d’un dialogue avec la Corée du Nord, avait aussi indiqué à cette occasion qu’il a demandé aux ministres des Sports et de l'Unification de prendre rapidement des mesures pour permettre la venue d'athlètes nord-coréens.

« Les sanctions et "d'autres" pressions commencent à avoir un gros impact sur la Corée du Nord », a commenté le président américain Donald Trump sur Twitter. « L'homme-fusée veut maintenant discuter avec la Corée du Sud pour la première fois. C'est peut-être une bonne nouvelle, peut-être pas – nous verrons! »

Les autorités de Séoul sont favorables à une participation de Pyongyang aux Jeux olympiques, qui s'ouvriront à la mi-février. Elles considèrent qu’il s’agirait là d’une garantie pour la sécurité de l'événement.

Choi Moon-soon, gouverneur de la province de Gangwon, où ils se tiendront, a déjà proposé pour sa part que la Corée du Sud envoie des bâtiments de la marine pour convoyer les athlètes et les délégués nord-coréens vers Pyeongchang, selon les médias de Séoul.

M. Choi a rencontré un responsable des sports nord-coréen, Mun Woong, le 18 décembre, en marge d'un tournoi de soccer auquel les deux Corées participaient, précise le journal Dong-A Ilbo.

Deux athlètes nord-coréens, les patineurs artistiques Ryom Tae-ok et Kim Ju-sik, sont qualifiés pour les Jeux, mais le Comité olympique nord-coréen a raté la date limite du 30 octobre pour confirmer leur participation auprès de l'Union internationale de patinage.

Ils pourraient néanmoins concourir à l'invitation du Comité international olympique.

Avec les informations de Reuters, Agence France-Presse, et Associated Press

Politique internationale

International