•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inculpation d'une adolescente palestinienne qui a giflé des soldats israéliens

Un tribunal militaire israélien a inculpé Ahed Tamimi, une adolescente palestinienne de 16 ans, de plusieurs chefs liés à des attaques contre des soldats.
La jeune fille de 16 ans est devenue une icône de la résistance palestinienne après la diffusion d'une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux. Photo: Reuters / Ammar Awad
Radio-Canada

Un tribunal militaire israélien a inculpé une adolescente palestinienne, Ahed Tamimi, de plusieurs chefs liés à des attaques contre des soldats. La jeune fille de 16 ans est devenue une icône de la résistance palestinienne après la diffusion d'une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux, la montrant devant son domicile familial en train de gifler un soldat israélien qui refuse de lui répondre.

Ahed Tamimi a été inculpée et sa garde à vue a été prolongée par le tribunal militaire d'Ofer en Cisjordanie, a indiqué son avocate. Douze chefs d'accusation ont été retenus contre l’adolescente. Ils portent notamment sur la confrontation qui a eu lieu le 15 décembre dans le village de Nabi Saleh, près de Ramallah et cinq autres incidents dans lesquels Ahed Tamimi a été impliquée l'an dernier.

La jeune femme a été inculpée notamment pour « avoir agressé des forces de sécurité, lancé des pierres, avoir proféré des menaces, avoir participé à des émeutes », selon un communiqué de l'armée.

Sa mère a également été inculpée pour sa participation à l'incident à Nabi Saleh, à d'autres confrontations avec des soldats et pour avoir utilisé Facebook en vue « d'inciter à commettre des attaques terroristes ».

Nour Tamimi, 20 ans, cousine d'Ahed, qui est aussi protagoniste dans la vidéo, était en garde à vue.

Dans les images filmées avec un téléphone portable à la mi-décembre, on voit Nour Tamimi s'approcher, avec sa cousine Ahed, de deux soldats, puis leur donner des coups de pied et de poing et des gifles, dans le village de Nabi Saleh.

Les militaires se trouvaient dans la cour d'une maison pour empêcher des Palestiniens de jeter des pierres sur des Israéliens à proximité, selon l'acte d'accusation.

La famille d'Ahed Tamimi précise que l'incident s'est déroulé dans la cour de leur maison.

L’adolescente a été arrêtée le 19 décembre et elle est devenue pour les Palestiniens une icône de la lutte contre l'occupation israélienne.

Ahed Tamimi, qui s'est fait connaître lors de plusieurs confrontations avec l'armée israélienne, est qualifiée de « provocatrice » par les médias israéliens.

En 2012 déjà, elle s'était fait remarquer en brandissant le poing sous le nez de soldats israéliens, des images qui avaient fait le tour du monde et qui lui avaient valu d'être reçue par Recep Tayyip Erdogan, alors premier ministre turc.

Son père Bassem est aussi connu pour sa participation à des manifestations contre les colons israéliens. Il a été emprisonné plusieurs années par les autorités israéliennes.

Selon l'agence Wafa, le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a appelé le père d'Ahed et a salué l'engagement de la famille Tamimi dans la lutte contre l'occupation.

Israël-Palestiniens, les racines d'un conflit. Consultez notre dossier.
Avec les informations de Agence France-Presse

Crises politiques

International