•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le « singe Ikea », cinq ans plus tard

Deux photos d'un même singe, côte-à-côte
Darwin le singe, il y a cinq ans (à gauche) et aujourd'hui (à droite) Photo: Radio-Canada / CBC News
Radio-Canada

Il y a maintenant cinq ans que Darwin, le « singe Ikea », faisait les manchettes partout au monde après sa balade dans un Ikea de Toronto.

Aujourd’hui, Darwin est dans un sanctuaire pour singes, et il est beaucoup plus imposant qu’il ne l’était lors de ses jours de gloire.

« Il est maintenant quatre fois plus grand qu'il ne l'était lorsqu'il est arrivé », explique Daina Liepa, du Story Book Farm Primate Sanctuary. « Il est incroyablement fort, il est maintenant en quelque sorte l'équivalent d'un adolescent cool. »

Darwin vit au sanctuaire pour primates de la région de Toronto depuis le 9 décembre 2012. Il cohabite maintenant avec d'autres primates qui ont été saisis ou qui étaient utilisés pour des tests en laboratoires.

C’est là que les autorités l’ont placé lorsqu’il a été retrouvé dans un Ikea de la région de Toronto, en train de se promener, portant un manteau d’hiver et une couche.

Yasmin Nakhuda, la propriétaire de Darwin, avait été accusée de mauvais traitement contre l'animal. Elle avait ensuite entrepris une bataille juridique afin de ravoir sa garde, mais avait finalement mis fin à ses démarches coûteuses en 2014.

Le portrait d'une femmeDaina Liepa Photo : Radio-Canada / CBC News

Selon Mme Liepa, Darwin est un singe plutôt gêné, malgré son statut de vedette.

Elle ajoute d’ailleurs que Darwin s’est fait des amis, en particulier deux babouins qui sont ses voisins. « Après un certain temps, ils ont commencé à se toiletter à travers la cage. C'est génial pour Darwin, et c'est évidemment quelque chose de très inhabituel pour deux espèces de connecter de cette façon, mais cela fait partie de la vie en sanctuaire. »

« Les gens me demandent souvent s’il est heureux, mais ce n'est pas scientifiquement quantifiable », explique-t-elle.

Toronto

Société