•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En route vers 2018 : 4 priorités économiques de Montréal

À l'approche de la nouvelle année, la Ville de Montréal et la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM) ont établi leurs priorités économiques. Survol des défis qui attendent la métropole en 2018.

Un texte de Chu Anh Pham


1. LA MOBILITÉ

Chantier du boulevard René-Lévesque, à Montréal, où on aperçoit plusieurs cônes oranges.Chantier du boulevard René-Lévesque Photo : Radio-Canada

La mobilité est la grande priorité économique de Montréal.

Alors que les travaux routiers entravent la circulation et que les projets de transport collectif se font encore attendre – prolongement de la ligne de métro bleue, ajout de la ligne rose, service rapide par bus (SRB) sur Pie-IX, Réseau électrique métropolitain (REM) –, les citoyens ont de quoi pester.

Au cours des dernières années, deux études (une de la Commission de l'écofiscalité du Canada (Nouvelle fenêtre) et l’autre du ministère des Transports et des Conseillers ADEC (Nouvelle fenêtre)) ont démontré que les problèmes de circulation avaient des répercussions d'environ 1,5 milliard de dollars sur l'économie de Montréal : retard de la main-d’œuvre, retard des livraisons, usure de la voiture, dépense en carburant…

Bien sûr, les entreprises s'en plaignent, puisque la mobilité est au cœur des problèmes de productivité, d'embauche et de rétention de personnel.

Selon un sondage de l'Ordre des conseillers en ressources humaines agréés, 82 % de leurs membres disent que les travaux routiers provoquent des retards chez les employés; 46 %, de l'absentéisme; 30 %, des pertes de candidats potentiels; et 29 %, des départs d'employés. Parmi les travailleurs, 27 % accepteraient une baisse de leur salaire pour se rapprocher de leur lieu de travail.

Les entreprises doivent donc user d'imagination pour retenir leurs employés : payer une partie ou la totalité du laissez-passer d'autobus, offrir des stationnements aux employés qui font du covoiturage, installer des supports à vélo, etc. Certaines auraient même ouvert des bureaux satellites dans les banlieues de Montréal pour éviter que leurs employés n'aient à se rendre au bureau du centre-ville.

Différentes solutions existent pour pallier le problème, comme un système de péage ou une augmentation de la taxe sur l'essence.

L'administration de Montréal veut ajouter 300 autobus hybrides d'ici 2020, une mesure qui pourrait de surcroît avoir des retombées économiques pour la métropole. L'appel d'offres n'est pas encore lancé, mais les autobus hybrides actuels de la Société de transport de Montréal (STM) sont fabriqués par Nova-Bus, une entreprise de Saint-Eustache.

La STM rappelle qu'elle compte 1800 fournisseurs, dont 60 % qui sont situés à Montréal, et que chaque tranche d'investissement de 10 millions de dollars dans le transport collectif génère trois fois plus d'emplois que dans le transport routier (soit 186 emplois contre 66).


2. LES ARTÈRES COMMERCIALES

Plaza Saint-Hubert, MontréalPlaza Saint-Hubert, Montréal Photo : Radio-Canada / Daniel Herrera Castillo

Plusieurs artères commerciales ont été passablement écorchées au cours des dernières années en raison des travaux de réfection de la route et des conduites souterraines. On n'a qu'à penser au boulevard Saint-Laurent et aux rues Saint-Denis, Jarry et Ontario.

Et ce n'est pas terminé. L'an prochain, la Plaza Saint-Hubert et la rue Sainte-Catherine (entre Mansfield et De Bleury) passeront sous le marteau piqueur.

Présentement, il existe, entre autres, le programme PRAM, qui vise à soutenir les activités commerciales pendant les travaux majeurs et à favoriser des travaux de rénovation.

Par exemple, pour la rue Sainte-Catherine, il y a une déduction de 40 % des coûts pour les travaux admissibles (avec un plafond selon la taille du bâtiment). Pour la Plaza Saint-Hubert, un investissement de 50 millions de dollars a été annoncé au début de l'année. Les trottoirs seront notamment plus larges et la marquise – cet auvent vitré qui surplombe le trottoir – sera remplacée.

En campagne électorale, Valérie Plante avait aussi promis un allègement fiscal pour les commerçants brimés par les travaux. Le mécanisme de compensation sera basé sur le modèle de Bruxelles établi en 2016. Il s'agit d'un dédommagement proportionnel aux répercussions des travaux sur la baisse de l'achalandage et la baisse de revenu.

Chose certaine, le président du comité exécutif actuel, Benoit Dorais, a une bonne expertise dans la revitalisation des artères commerciales. Maire de l'arrondissement du Sud-Ouest depuis 2009, il est à l'origine de plusieurs initiatives : exposition d’œuvres d'art, bourses pour des entreprises qui veulent s'implanter sur certaines rues, ajout de mobilier urbain, politique d'achat local...

Quant à la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, au-delà de la modernisation des artères commerciales, elle s'interroge sur l'avenir des sites excédentaires, comme l'Hôpital Hôtel-Dieu, le Royal-Victoria ou l'hippodrome. La Cité de la logistique, prévue dans le quartier Hochelaga, fait aussi partie de ses priorités.


3. LES ENTREPRISES EN ÉMERGENCE DANS LES SECTEURS DE POINTE

Le service de taxis électriques Téo TaxiLe service de taxis électriques Téo Taxi Photo : Radio-Canada

L'administration précédente de Denis Coderre en a déjà fait beaucoup pour les entreprises en démarrage, notamment pour que Montréal devienne une ville intelligente. Reste à voir s'il y aura de nouvelles initiatives de la part de Projet Montréal.

Le Festival international du Startup de Montréal, financé par la Ville, existe déjà depuis quelques années. Et le programme InnoCité Montréal, un accélérateur pour soutenir et accompagner les entreprises en démarrage, a été mis en place par l'ancien responsable de la Ville intelligente, Harout Chitilian.

Montréal compte entre 1800 et 2600 jeunes entreprises (fondées il y a moins de cinq ans). Elles génèrent 8000 emplois directs et leurs retombées économiques sont évaluées à 700 millions de dollars.

En plus des entreprises en émergence, la CCMM souhaite aussi soutenir la création d'emplois payants, notamment dans les technologies de l'information, et valoriser les universités. Elle ajoute qu'il faut créer un environnement d'affaires favorable en révisant la fiscalité résidentielle et commerciale, en offrant un cadre réglementaire flexible pour l'expérimentation de nouveaux modèles d'affaires (Téo Taxi, Uber, Airbnb…) et en maintenant le Bureau de l'inspecteur général.


4. LES SIÈGES SOCIAUX

Un dépanneur de Couche-TardLes dépanneurs Mac's, dans l'Ouest canadien, sont exploités par l'entreprise Alimentation Couche-Tard, plus grande chaîne de dépanneurs au pays avec plus de 5800 magasins. Photo : Alimentation Couche-Tard

L'administration Plante s'est donné un défi colossal en voulant attirer d'autres sièges sociaux internationaux à Montréal. Elle mise sur son pouvoir d'attraction, qui repose sur sa main-d’œuvre, son système d'éducation et ses transports.

L'objectif est ambitieux alors que les États-Unis viennent d'adopter une nouvelle réforme fiscale qui abaisse le taux d'imposition fédéral de 35 à 21 %.

Plusieurs études, dont celle de l'Institut sur la gouvernance d'organisations privées et publiques (Nouvelle fenêtre), confirment déjà la perte de sièges sociaux au Québec depuis plusieurs années.

Seulement 20 % des sièges au Canada se retrouvent au Québec, selon une enquête de Statistique Canada portant sur l'année 2015.

Montréal ne fait pas exception. En quatre ans, la métropole a perdu 16 sièges sociaux. Elle en compte maintenant 381.

Malgré cette baisse, le nombre d'employés dans ces bureaux a quand même augmenté de 1365, pour s'établir à 42 189.

Si le rachat de fleurons québécois, comme Rona et Saint-Hubert, en désole plusieurs, certaines entreprises conservent tout de même leur siège social ici. C'est le cas du Cirque du Soleil et de Rio Tinto Alcan.

D'autres préfèrent rester optimistes en soutenant que les entreprises québécoises ont recours à l'expansion et à l'acquisition, comme Saputo, CGI, Dollarama, MTY et Alimentation Couche-Tard.

Malheureusement pour Montréal, Molson Coors a déjà annoncé son intention de quitter l'île pour s'implanter à Longueuil.

Reste à voir si Montréal décrochera ce fameux second siège social d'Amazon. La multinationale a reçu plus de 200 candidatures – une arrivée qui créerait 50 000 emplois.

Au-delà des sièges sociaux, la CCMM rappelle l'importance d'attirer des investissements étrangers et des talents, tout comme celle de poursuivre les missions commerciales. Parmi les forums internationaux qu'elle encourage : le congrès Metropolis sur l'immigration, le réseau C40 sur le climat des villes et Resilient Cities.

Politique municipale

Économie