•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les homicides liés au crime organisé en recul à Montréal

Des véhicules du SPVM sur une scène de crime se trouvant dans l'arrondissement de Verdun.

Des véhicules du SPVM sur une scène de crime se trouvant dans l'arrondissement de Verdun

Photo : Radio-Canada / Alain Beland

Radio-Canada

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) se dirige vers l'un de ses meilleurs bilans en ce qui concerne le nombre d'homicides commis sur son territoire liés au crime organisé. Ces résultats sont attribuables à des opérations policières comme le Projet Mazout, qui a visé des présumés membres de gangs de rue associés aux Bloods, en juin dernier.

Un texte de Pascal Robidas

Un total de 24 personnes ont été victimes de meurtre dans la métropole au cours de l'année qui se termine.

De ce nombre, six homicides sont liés au crime organisé.

En 2016, on en comptait sept. L'année précédente, neuf, en 2015.

Ces statistiques semblent montrer que la violence entre les différents groupes criminels n'est pas à la hausse.

 C'est très bas si l'on compare à l'époque de la guerre des motards. Ce chiffre peut aussi s'expliquer par le fait que beaucoup d'individus sont présentement en prison [à la suite d']opérations policières , estime l'inspecteur Michel Leduc, responsable de la section des crimes majeurs du SPVM.

Contexte des homicides commis à Montréal en 2017

  • 6 sont liés au crime organisé
  • 7 sont liés à des liens intrafamiliaux
  • 11 sont liés à des conflits ou des disputes

Le bilan des homicides actuellement bas peut être considéré comme une bonne nouvelle. Ça signifie que ce sont des gens de plus qui sont en vie sur notre territoire, si l'on compare le nombre de meurtres enregistrés il y a une dizaine d'années.

Michel Leduc, inspecteur responsable de la section des crimes majeurs du SPVM

Projet Mazout

Le SPVM a frappé durement le milieu des gangs de rue en juin dernier en lançant le Projet Mazout. Lors de cette opération, neuf présumés membres de gangs de rue associés aux Bloods ont été arrêtés et accusés. Ils étaient soupçonnés depuis plusieurs mois d'avoir commis des crimes violents, commandés par la mafia italienne.

Plusieurs divisions du SPVM avaient été appelées en renfort au poste de quartier 39, en plus de l'Unité des incendies criminels et de membres de l'escouade antigang.

Cette vaste enquête de plusieurs mois est considérée comme le projet majeur de la police de Montréal en 2017.

Le projet Mazout a réellement contribué à la diminution des homicides reliés au crime organisé. Le travail effectué par les enquêteurs dans ce projet ainsi que l’arrestation de plusieurs individus impliqués dans des homicides pour cette organisation aura rapporté ses dividendes. Mais c’est en 2018 qu’on pourra réellement évaluer la portée du travail effectué.

Michel Leduc

Cinq perquisitions dans les arrondissements Montréal-Nord, Hochelaga-Maisonneuve, Rivière-des-Prairies et Cartierville avaient permis aux policiers de saisir des armes à feu, des chargeurs, un silencieux artisanal et du matériel électronique.

Pour joindre Pascal Robidas : 514 895-0158 ou pascal.robidas@radio-canada.ca

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Crimes et délits

Justice et faits divers