•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vols de poêles à bois dans des refuges de l'Abitibi

Une personne met une bûche dans un poêle à bois.
Un poêle à bois Photo: iStock
Radio-Canada

Des refuges publics ont été la cible de vols de poêle à bois au cours des derniers jours dans la région.

Un texte de Thomas Deshaies

Le premier poêle volé était situé dans un refuge de Trécesson, administré par le Club de motoneige d'Amos et le second, au refuge de la glissade de la municipalité de La Corne.

Glissage géante, La Corne, AbitibiGlissage géante, La Corne, Abitibi Photo : Radio-Canada / Émélie Rivard-Boudreau

Le président du Club de motoneige d'Amos, André Malenfant, affirme que son club n'a jamais fait face à un tel vol, pour le moins inusité. « Ils, ont pris une scie à chaîne, ils ont découpé le plancher, même le cadrage de la cabane où le poêle était. Ils sont partis avec le bout du plancher, puis tout le poêle au complet », a-t-il déploré.

Vol de poêle à bois à Trecesson, en AbitibiVol de poêle à bois à Trecesson, en Abitibi Photo : Club de motoneige d'Amos

Les travaux de réparation du refuge sont évalués à près de 800 $, a fait savoir M. Malenfant. « On n'aura pas bien le choix, parce que le monde arrête là pour se réchauffer. S'il n'y a plus de poêle, il n'y a plus rien là-dedans pour se réchauffer. Ce n'est pas l'idéal, c'est sûr », a-t-il expliqué.

Davantage de caméras de surveillance à La Corne

Le maire de La Corne, Éric Comeau, était visiblement irrité par le geste, qualifiant ses auteurs de « clowns qui se pensent tout permis ».

Il affirme que le vandalisme n'est actuellement pas un problème majeur dans sa municipalité, notamment en raison de la présence de plusieurs caméras de sécurité. « Nous, on a des systèmes de caméras pas mal partout dans nos infrastructures, donc, quand il y a des petits farceurs qui font des choses comme ça, on vient à bout de les retracer, a-t-il expliqué. Mais là, il n'y en avait pas, donc on va remédier au problème. On va mettre une caméra qui va surveiller le poêle. Il faut croire qu'on est rendu là ».

Ces vols de poêles surviennent en pleine période de froid intense.

Abitibi–Témiscamingue

Justice et faits divers