•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La communauté de Danford Lake ébranlée par une fusillade mortelle impliquant des policiers

Un homme de 36 ans a été abattu par la police à Danford Lake, en Outaouais. Il a été transporté à l'hôpital où son décès a été déclaré.

Photo : Stéphane Beaudoin

Radio-Canada

La communauté de Danford Lake est sous le choc de la mort de Dennis Beaudoin, 36 ans, abattu par la police jeudi soir.

Ce village d'un peu plus de 200 habitants fait partie de la municipalité d'Alleyn-et-Cawood, en Outaouais, à une centaine de kilomètres au nord de Gatineau, dans la MRC de Pontiac.

« C'est difficile, parce que c'est une petite communauté et tout le monde se connaît », a réagi le maire, Carl Mayer.

Pour certains, cet incident relance le débat sur l'accessibilité des services en région, notamment en matière de santé mentale. Selon eux, cette mort aurait pu être évitée.

« La victime en est venue à ça parce qu'elle n'a pas eu une aide adaptée, de bons soins de santé et de soins en santé mentale; tout ce dont nous avons besoin dans la région », a commenté Melinda Lafleur, en pleurs.

Une voiture de police dans la rue, le soir

Les policiers sur une rue de Danford Lake où un homme a été abattu, jeudi soir.

Photo : Stéphane Beaudoin

Déroulement des événements

Un homme aurait appelé les policiers vers 21 h 42, le 28 décembre, pour leur dire que son fils, Dennis Beaudoin, qui n'allait pas bien, venait de quitter le domicile armé d'une flèche et d'une barre de fer.

Dans les minutes qui ont suivi, Dennis Beaudoin aurait à son tour appelé les policiers pour les sommer de se présenter dans les 20 prochaines minutes, sinon il menaçait de tuer son père.

Les policiers sont arrivés sur les lieux vers 22 h 49. Dans la rue, ils auraient croisé un homme tenant un arc, une flèche et une barre de fer.

Cet homme aurait tiré une flèche en direction des policiers qui ont, à leur tour, utilisé leur arme de service.

L'homme a été transporté à l'hôpital, où son décès a été constaté.

Gros plan sur un ruban de police

Le crime passionnel n'existe pas dans le Code criminel. Comme les policiers et enquêteurs, il faut utiliser le mot « meurtre ».

Photo : Radio-Canada / CBC/Gian-Paolo Mendoza

La police de Montréal en renfort

Le Bureau des enquêtes indépendantes du Québec (BEI) mène présentement une enquête.

Le BEI a le mandat d'enquêter sur tous les cas de mort d'homme provoquée par un agent lors d'une intervention policière. L'enquête du BEI à Danford Lake permettra de déterminer si le déroulement des événements est exact.

Sept enquêteurs du BEI sont responsables de cette enquête. Ils sont arrivés sur les lieux de l'événement vendredi, à 6 h 30, et ont quitté la scène à 20 h 30.

« Conformément au Règlement sur le déroulement des enquêtes du Bureau des enquêtes indépendantes, le BEI a fait appel au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) pour agir comme corps de police de soutien dans cette enquête », peut-on lire dans un communiqué publié par le BEI. « Le SPVM a fourni deux techniciens en identité judiciaire qui travailleront sous la supervision des enquêteurs du BEI. »

L'enquête suit son cours et le BEI demande à toute personne qui aurait été témoin de cet événement de communiquer avec lui via son site web (Nouvelle fenêtre).

Ottawa-Gatineau

Justice et faits divers