•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Assurance publique du Manitoba : les 5 fraudes les plus originales de 2017

Une voiture à phare écrasée

Les réclamations suspectes et frauduleuses sont redirigées vers l'unité des enquêtes spéciales de la Société d'assurance publique du Manitoba.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les enquêteurs de la Société d'assurance publique du Manitoba (SAPM) ont dépisté 2560 cas de fraude en 2017, permettant ainsi d'éviter le paiement de 6,2 millions de dollars.

Un amateur des courses tout terrain, un conducteur débutant et une victime d'une caméra cachée figurent dans la liste des cinq fraudes les plus frappantes de cette année.

Les réclamations suspectes et frauduleuses sont redirigées vers l'unité des enquêtes spéciales de la SAPM.

1. Une course automobile... qui finit à l'eau

La première concerne un propriétaire de véhicule qui avait prétendu qu'en tentant de tourner à gauche sur une route de gravier, il a perdu le contrôle de son véhicule qui a fini sa course dans un fossé rempli d'eau.

Toutefois, une enquête a permis de déterminer que le véhicule s'était embourbé lors qu’il était utilisé pour faire des courses sportives dans la boue, explique un communiqué publié jeudi par la SAPM.

La page web d’un club de Jeep local avait publié des photos d’un rallye où on voyait le véhicule enlisé et enfoui dans de la boue profonde.

Extrait d'un communiqué de la SAPM

Le propriétaire a retiré sa réclamation.

2. Des dégâts contre nature

Le propriétaire d’un véhicule a dit que celui-ci était stationné en plein air lorsqu'une grave tempête de grêle a secoué la voiture, laissant environ 200 bosselures.

Au fil de l’examen du dossier, le personnel de la SAPM s’est rendu compte que les déformations étaient trop uniformes et devaient être occasionnées par un outil ou un autre objet, et non pas par Dame Nature.

L’automobiliste a fini par retirer sa réclamation.

3. Petite annonce, gros problème

L’infraction occupant la troisième position du classement de la SAPM ne présentait pas, dans un premier temps, des indices de fraude.

Un conducteur débutant a avoué être impliqué dans un accrochage, mais a confirmé qu’il était en compagnie d’un conducteur surveillant au moment de l’incident.

Toutefois, peu après, un employé de la SAPM a remarqué une petite annonce pour un conducteur surveillant dans un journal de langue étrangère publié à Winnipeg. Les enquêteurs ont vite fait le lien entre l’annonce et le novice.

Le conducteur débutant s’est rétracté et a avoué qu’il était seul au moment de l’accident. La réclamation a été retirée.

4. Caméra cachée, vérité dévoilée

Dans l’affaire de fraude qualifiée de quatrième cas plus inventif, le propriétaire d’un véhicule a prétendu avoir prêté sa voiture à un ami qui a percuté un poteau en ciment après avoir évité de justesse un animal qui traversait la route.

Toutefois, une caméra de surveillance installée juste au-dessus du lieu de l’accident a brossé un tout autre portrait de la situation.

« Les images ont montré très clairement que le véhicule roulait à grande vitesse quand il a foncé directement sur le poteau en ciment. Il n’y avait pas la moindre trace d’un animal », confirme la SAPM dans un communiqué.

La vidéo a aussi prouvé que l’auteur de l’acte n’était pas un ami du propriétaire du véhicule, mais le propriétaire lui-même.

Extrait d'un communiqué de la SAPM

Le fraudeur a ensuite remboursé la SAPM des 7000 $ dépensés pour réparer sa voiture.

5. Une guérison miraculeuse

La SAPM a mis fin aux prestations de remplacement du revenu d’un Manitobain lorsque les enquêteurs ont découvert que celui-ci passait des heures en salle de musculation, même s’il était censé être en congé maladie pour des préjudices subis lors d’une collision.

Après plusieurs mois d’arrêt de travail rémunéré, la SAPM a eu « des soupçons quant à l’état de santé du prestataire ».

Un examen poussé de son dossier a révélé que le demandeur menait une vie très active et comptait parmi ses activités physiques des séances régulières au gymnase, où il levait des poids très lourds.

Extrait d'un communiqué de la SAPM

Accompagnés de responsables de la société d’assurance, des experts médicaux ont passé en revue le dossier du bénéficiaire de prestations et ont jugé que celui-ci était apte à reprendre le travail.

La SAPM a résilié les prestations de remplacement du revenu du titulaire, épargnant ainsi 55 000 $ environ.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !