•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les demandes de citoyenneté canadienne en forte hausse depuis l’assouplissement des exigences

Une jeune fille tient un drapeau canadien.
Lily Nicole Woon tient un drapeau canadien après avoir reçu sa citoyenneté lors d'une cérémonie organisée à Halifax, en novembre dernier. Photo: La Presse canadienne / Andrew Vaughan
Radio-Canada

Le nombre de demandes de citoyenneté est en forte hausse à Ottawa depuis l'assouplissement, cet automne, des exigences imposées aux personnes qui souhaitent devenir Canadiennes.

Les chiffres fournis par le ministère de l’Immigration à CBC News montrent qu'il y a eu en moyenne 3653 demandes par semaine au cours des six mois précédant le dépôt du changement, le 11 octobre.

Le nombre de demandes a grimpé à 17 500 la semaine suivant l'entrée en vigueur des nouvelles exigences. La semaine suivante, 12 530 demandes ont été présentées. Les données des semaines suivantes ne sont pas encore disponibles.

Les changements

Auparavant, un résident permanent devait avoir vécu au moins 183 jours par année au Canada pendant quatre des six années avant sa demande. Depuis le 11 octobre, il n’existe plus de nombre minimum de jours par année. Le résident permanent doit simplement avoir été présent au Canada pendant trois des cinq années précédentes. Avant, les individus de 14 à 64 ans devaient passer un test d’anglais ou de français afin d’évaluer leurs compétences linguistiques. Ils devaient aussi faire un examen de connaissances. On demande maintenant la même chose, mais seulement aux personnes de 18 à 54 ans, ce qui simplifie le processus pour les plus jeunes et les plus vieux.

« La réduction de l'exigence de présence physique donne plus de souplesse aux demandeurs et encourage un plus grand nombre d'immigrants à prendre le chemin de la citoyenneté, explique Nancy Caron, porte-parole du ministère. Ça aide les personnes qui ont déjà commencé à bâtir leur vie au Canada à obtenir la citoyenneté plus rapidement. »

Fluctuation prévue

Au cours des dernières années, 200 000 demandes de citoyenneté ont été présentées chaque année, en moyenne.

Des fluctuations dans les taux d'application étaient prévues à la suite des changements, de sorte que le ministère a mis en place des ressources pour gérer la « capacité de pointe » et maintenir les délais de traitement en deçà de la norme de 12 mois.

Andrew Griffith, ex-haut fonctionnaire à l'Immigration et membre du Canadian Global Affairs Institute, est d’avis qu'il est trop tôt pour savoir si la hausse des chiffres représente une anomalie ou une tendance à long terme.

Mais il croit qu'un taux accru de citoyenneté favorise la cohésion sociale et apaise les tensions communautaires, car cela aide les immigrants à développer des liens plus étroits avec la société canadienne.

« Nous voulons que les gens deviennent des citoyens¸, parce que nous croyons que cela fait partie du processus d'intégration, dit-il. Cela les aide à se sentir partie intégrante du Canada et, en fin de compte, devrait améliorer tous les résultats, économiques, sociaux et politiques du pays. »

Devenir Canadien coûte plus cher qu'avant

M. Griffith ajoute toutefois que le coût d’une demande de citoyenneté demeure un obstacle pour certains immigrants, en particulier ceux des familles réunifiées ou pour les réfugiés dont les ressources financières sont limitées.

Les frais de traitement ont grimpé à 630 $ en 2014-2015, ce qui comprend un montant de 100 $ pour le « droit de citoyenneté ». C'est encore beaucoup moins cher qu'au Royaume-Uni, qu’aux États-Unis et qu’aux Pays-Bas, mais c'est plus élevé qu'en Nouvelle-Zélande, qu’en Allemagne, qu’en Australie et qu’en France.

M. Griffith avance que la réduction des coûts est conséquente avec l’idée que la citoyenneté procure non seulement des avantages personnels, mais aussi un avantage pour la société canadienne dans son ensemble.

Ahmed Hussen.Ahmed Hussen, ministre de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté Photo : La Presse canadienne / Patrick Doyle

Le ministre de l'Immigration, Ahmed Hussen, qui a marqué l'entrée en vigueur des changements lors d'un événement tenu en octobre, dit qu'ils faciliteront et assoupliront l’accès à la « famille canadienne ».

« En tant que pays déterminé à favoriser l'établissement et l'intégration des nouveaux arrivants afin qu'ils puissent reprendre leur vie en main et apporter une contribution à notre société, nous devons assurer la voie menant à la citoyenneté pour les résidents permanents », a-t-il déclaré en octobre.

Les gens peuvent être jugés inadmissibles à la citoyenneté canadienne s’ils ont un casier judiciaire ou s’ils font face à des accusations au Canada ou à l'étranger, ou si la citoyenneté leur a été refusée ou a été révoquée dans le passé.

Avec les informations de CBC News

Politique fédérale

Politique