•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Les Fermières, gardiennes du patrimoine culturel et artisanal du Québec

Logo des Cercles des Fermières du Québec

Cercles des Fermières du Québec, en 1980

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

En 1915, le premier Cercle des Fermières de la province de Québec voit le jour à Chicoutimi. L'objectif de cette association féminine : améliorer les conditions de vie des femmes par la transmission d'un savoir-faire artisanal et culinaire.

Pour lutter contre l’exode rural, deux agronomes du ministère de l’Agriculture, Alphonse Désilets et Georges Bouchard, créent le premier Cercle des Fermières. Trois autres Cercles sont fondés la même année, à Roberval, Champlain et Trois-Rivières. La contribution annuelle des membres est alors de 25 cents.

Ces associations permettent aux femmes qui vivent en milieu rural de se rencontrer, d’échanger et d’apprendre. Dès les débuts, de nouveaux Cercles se mettent en place chaque année.

Avec la crise économique des années 1930, les membres utilisent leurs compétences manuelles pour fabriquer des vêtements et divers objets domestiques. Dans les années 1940, le mouvement prend une telle ampleur que les Cercles doivent s’organiser en fédérations.

Un lieu de socialisation pour les femmes

En 1969, l’animatrice de Femme d’aujourd’hui, Aline Desjardins, interroge des membres du Cercle des Fermières d’Alma. Elle leur demande si ces séances d’art textile servent de prétexte pour bavarder. « Moi, c’est mon sport favori, le tissage et le bavardage », répond l’une d’entre elles.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Femme d’aujourd’hui, 26 mars 1969

Les membres expliquent que les activités hors du foyer leur permettent de se divertir, de rencontrer d’autres femmes et d’acquérir de nouvelles connaissances.

L’artisanat au centre des préoccupations

Les membres des Cercles s’adonnent à différentes formes d’artisanat : la broderie, le tissage, le tricot, la reliure, etc. Aux Îles-de-la-Madeleine, Aline Desjardins rencontre une dame qui utilise les coquillages pour concevoir des objets. À l’émission Femme d’aujourd’hui du 11 février 1970, la Madelinienne présente une jarre fabriquée avec des coquilles de pétoncles et de moules. Une mise en valeur de la culture de l’archipel.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Femme d’aujourd’hui, 11 février 1970

Les Fermières dans la cuisine

Les Cercles des Fermières du Québec se sont fait connaitre grâce à la parution de livres de recettes. À partir de 1978, ils publient le premier de la série Les Recettes des Fermières du Québec.

En 1987, l’animatrice de l’émission Au jour le jour, Dominique Lajeunesse, reçoit Noëlla Huot, présidente provinciale des Cercles des Fermières. L’invitée présente le nouvel ouvrage La Table en Fête qui accorde une grande place aux poissons et aux légumes. Elle explique que la santé est au cœur des préoccupations de son association. Ce livre, « c’est le reflet de notre cuisine québécoise d’aujourd’hui », dit-elle.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Au jour le jour, 14 décembre 1987

À partir de 1989, les Cercles des Fermières publient les cinq volumes Qu’est-ce qu’on mange? qui seront vendus à plus d’un million d’exemplaires. Un succès en librairie qui apportera à l’association une certaine autonomie financière.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.