•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Arrêt du projet de gazoduc dans la vallée du Mackenzie

Fin de chapitre pour le projet de gazoduc dans la vallée du Mackenzie.

Fin de chapitre pour le projet de gazoduc dans la vallée du Mackenzie.

Photo : CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le projet de gazoduc dans la vallée du Mackenzie a été mis de côté vendredi. La Compagnie Pétrolière Impériale a annoncé que le partenariat de la coentreprise, à l'origine du projet de 16 milliards de dollars, avait été dissous.

Le projet de pipeline Mackenzie devait transporter le gaz naturel de la mer de Beaufort vers l'Alberta.

La coentreprise comprenait Imperial Oil Resources Limited, ConocoPhillips Canada, ExxonMobil Canada et Aboriginal Pipeline Group.

Projet non justifiable

Le projet gazier avait initialement été approuvé en 2010 par l’Office national de l'énergie (ONE), qui avait imposé plus de 200 conditions.

En 2016, l’ONE a approuvé la prolongation de la date d'échéance de la construction du pipeline de 2018 à 2022.

À ce moment, le coût estimatif du projet avait dépassé les 16 milliards de dollars.

Selon un communiqué publié vendredi par la Compagnie Pétrolière Impériale, les prix actuels du gaz naturel ne justifient pas le projet.

Une décision anticipée

Le maire de Tuktoyaktuk, une petite communauté côtière des Territoires du Nord-Ouest, Mervin Gruben, a affirmé que c’était une triste nouvelle pour de nombreuses personnes.

Il soutient toutefois ne pas être surpris par cette décision.

« Nous savions tous que cela allait arriver. »

— Une citation de  Mervin Gruben, maire de Tuktoyaktuk

Selon lui, il y existe de nombreuses failles dans la gestion du dossier depuis le début.

Il affirme que le comité d'examen du projet a pris trop de temps pour approuver la construction.

« C'était juste une farce. Ils ont perdu leur temps à faire toutes ces études et toutes ces rencontres, partout dans le Nord. Ils ont gaspillé tant d'argent et de temps », a-t-il déclaré.

« Avant qu'ils disent oui, il était trop tard. Tous les prix [du gaz naturel] avaient baissé. »

— Une citation de  Mervin Gruben, maire de Tuktoyaktuk

Theresa Redburn, vice-présidente principale du développement commercial et corporatif de la Pétrolière Impériale, a reconnu que certains habitants du Nord éprouvent un sentiment de défaite.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !