•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hausse du salaire minimum en Ontario : un coup dur pour les commerçants de la région?

Amas de billets de banque de 20 $, 50 $ et 100 $
De l'argent liquide Photo: iStock
Radio-Canada

Dès le premier janvier, le salaire minimum passera de 11,60 $ à 14 $, soit une hausse de 2,40 $, en Ontario. Alors que certains employés se réjouissent de cette future augmentation, des commerçants d'Ottawa se disent préoccupés par la hausse salariale.

Hausse des prix, réduction des heures pour les salariés ou licenciements. Voilà quelques-unes des conséquences à la hausse du salaire minimum selon certains commerçants qui vont devoir s'ajuster.

Copropriétaire de La Bottega, une épicerie italienne dans le marché By, Pat Nicastro anticipe quelques modifications.

« Si nous ne faisons aucun changement, ça va nous coûter de 80 000 $ à 100 000 $ », a évalué Pat Nicastro.

« Alors nous devons définitivement faire des changements, nous travaillons encore là-dessus. Les prix devront augmenter et nous devrons couper des heures, c'est certain, particulièrement les étudiants et les jeunes que nous formons. Ce sera difficile, on ne pourra plus faire ça », a-t-il assuré.

 Pat Nicastro, copropriétaire de La Bottega, dans son épicerie italienne du marché By à Ottawa.Pat Nicastro est le copropriétaire de La Bottega. Photo : Radio-Canada

Pour d'autres commerces, le coup est plus dur.

Ouvert depuis 23 ans, le restaurant The Black Tomato, situé rue George, dans le marché By, a mis la clé sous la porte mardi.

« Dernier jour aujourd'hui, nourriture et boisson jusqu'à épuisement des stocks ! Nous aimerions vous proposer un tout dernier cocktail », indique le restaurant dans une publication sur Instagram.

La façade du restaurant The Black Tomato rue saint-George dans le marché By à Ottawa.Le restaurant The Black Tomato a dû fermer. Photo : Radio-Canada

De l'autre côté de la rivière des Outaouais, commerçants et employeurs s'inquiètent aussi d'un possible exode de travailleurs vers l'Ontario.

Pour le président de la Chambre de commerce de Gatineau, Jean-Claude Des Rosiers, il ne fait pas de doute que les salariés vont favoriser l'Ontario aux dépens de l'Outaouais.

« Est-ce que des gens du Québec vont être intéressés à aller travailler du côté de l'Ontario? Certainement », a-t-il soutenu « Les gens vont être attirés par cette masse salariale qui est plus haute. Mais est-ce que l'offre va être là? Est-ce que les entreprises vont avoir besoin d'embaucher? »

Pour le Regroupement des gens d'affaires de la capitale nationale, on pourra observer les effets réels de cette augmentation rapide dès les premiers mois de la nouvelle année.

« On va voir aussi combien de commerces vont être affectés négativement », a réagi pour sa part le président du Regroupement, Yves Ducharme.

Est-ce qu'il va y avoir une fermeture de plusieurs commerces ou si au contraire, ça va seulement être absorbé et ça va simplement se refléter dans une augmentation des prix à la consommation avec un impact sur l'inflation.

Yves Ducharme, président du Regroupement des gens d'affaires de la capitale nationale

De leur côté, cette hausse réjouit la majorité des employés qui travaillent à salaire minimum, certains veulent, somme toute, rester prudents quant aux retombées économiques.

« Je pense que c'est une bonne chose, mais en même temps pour les petits commerces, mon père possède un petit commerce et pour lui, payer et engager tous ses employés au salaire minimum, ça va lui être difficile », a réagi Christina Lima.

« Je pense que ça va aider les personnes qui n'ont pas assez et qui veulent acheter une maison, mais les prix vont beaucoup augmenter, donc ça ne va pas bien s'équilibrer », a souligné pour sa part Coralie Roy qui travaille au salaire minimum.

Avec les informations de Roxane Léouzon

Ottawa-Gatineau

Emploi