•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quel sort 2018 réservera-t-elle aux baleines noires de l'Atlantique Nord ?

La queue d'une baleine noire
La protection des baleines noires de l'Atlantique Nord Photo: CCS image, NOAA
Radio-Canada

La baleine noire de l'Atlantique Nord est une espèce en voie de disparition. Des mesures sont prises afin d'assurer la survie de ce mammifère marin.

L'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA) ne dénombre plus que 450 de ces baleines et 17 d'entre elles sont mortes jusqu'à présent cette année.

Selon un rapport titré Rapport d’incident : Évènement de mortalité de baleines noires de l’Atlantique Nord dans le golfe du Saint-Laurent, 2017, la principale cause serait liée soit à des traumatismes causés par des collisions avec des navires, soit à l'empêtrement dans des filets de pêche.

Pour remédier à la situation, le directeur général de la Fédération régionale acadienne des pêcheurs professionnels (FRAPP), Jean Lanteigne souligne que des mesures ont déjà été prises.

On a entrepris une série de démarches qui devraient porter leurs fruits lors de la saison [de la pêche] en 2018.

Jean Lanteigne, directeur général de la FRAPP

Il précise qu’une dizaine de recommandations ont été proposées. La réduction du nombre de casiers dans l’eau figure parmi ces recommandations.

« On a proposé une réduction de 35 % à 38 % du nombre de casiers. On pense que c’est une mesure importante », dit-il.

Une limite de vitesse temporaire a également été imposée par le ministère des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, aux navires de plus de 20 mètres de long afin de prévenir les collisions avec les baleines. Jean Lanteigne souligne que « ça devrait s’appliquer à tous les types de bateaux pour éviter les collisions. »

Il espère que le ministère mette en place des mesures de sensibilisation et de formation pour les pêcheurs.

Une baleine noire trouvée morte dans le golfe du Saint-Laurent.Jean Lanteigne souhaite également que le ministère mette en place des mesures de sensibilisation et propose de la formation pour les pêcheurs. Photo : Pêches et Océans Canada

Le directeur général de la FRAPP précise qu’au moment de la pêche au crabe des neiges, dans les années précédentes, il y avait moins de baleines noires dans le golfe du Saint-Laurent.

« Elles arrivaient plus tard dans l’année, vers la fin juillet. En 2016, on avait identifié 45 baleines et en 2017, 111. »

Les changements climatiques pourraient expliquer la présence de la baleine noire plus tôt cette année et en plus grand nombre dans le golfe.

« Normalement, elles sont dans la baie de Fundy [en mai ou en juin]. Cette année, [les baleines] sont arrivées dans le golfe du Saint-Laurent et normalement, à ce moment de l’année, on pratique la pêche du crabe des neiges. Il n’y a pas que les crabiers qui sont en cause, mais tout le trafic maritime qu’on connaît dans le golfe. C’est une zone extrêmement achalandée pour toutes sortes de navires et toutes sortes de pêches. »

D’après une entrevue à l’émission Le 15-18

Nouveau-Brunswick

Industrie des pêches