•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Protection des Grands Lacs : les États-Unis et le Canada montrés du doigt

L'eau du lac Érié est couverte d'algues de couleur verte.

Il y a eu une prolifération d'algues bleu-vert cette année dans le Lac Érié.

Photo : Associated Press / Haraz N. Ghanbari

Radio-Canada

Malgré des améliorations, les États-Unis et le Canada ne parviennent pas encore à protéger les Grands Lacs de la pollution, selon la Commission mixte internationale (CMI). Des eaux usées et des produits chimiques industriels, notamment, continuent de polluer les cinq lacs qui fournissent de l'eau potable à environ 40 millions de personnes, selon le rapport de la Commission.

Il s'agit de son premier rapport de contrôle depuis la dernière mise à jour de l'Accord relatif à la qualité de l'eau dans les Grands Lacs en 2012.

Le rapport préconise l'amélioration des installations de traitement de l'eau potable et des eaux usées, ainsi que le renforcement des règlements sur l'eau propre. Il s'agira en particulier de limiter le ruissellement du phosphore, en grande partie responsable de la croissance des algues nuisibles dans le lac Érié.

Il stipule également qu'il faut davantage travailler pour identifier les nouveaux types de contamination, comme les produits chimiques ignifuges, et développer des stratégies pour les limiter.

Au cours des 45 dernières années, depuis la signature du pacte initial, un certain nombre de lieux hautement contaminés ont été nettoyés et des mesures ont été prises pour mieux protéger les Grands Lacs.

N'empêche, trop peu a été fait pour s'assurer que l'eau des lacs soit potable, qu'il soit aussi possible d'y pêcher et d'y nager. Des types d'utilisations qui devraient pourtant être une priorité dans le traitement de l'eau, puisqu'ils touchent le plus la santé humaine, indique le rapport.

L'administration Trump cherche en revanche à réduire les dépenses, mais le rapport recommande plutôt des augmentations pour améliorer l'infrastructure.

Le lac Érié, grande victime de la pollution

Le lac Érié compte la plus grande population de poissons des Grands Lacs. Ce lac a particulièrement attiré l'attention des observateurs qui ont écrit le rapport, notamment parce que les algues toxiques y prolifèrent depuis quelques années.

Les États-Unis et le Canada avaient pourtant fixé certains objectifs afin de réduire le ruissellement des nutriments qui alimentent les algues, mais selon le rapport, il manque encore un cadre réglementaire clair pour contrôler l'épandage d'engrais et de fumier sur les terres cultivées.

Seuls huit produits chimiques ont été identifiés à ce stade et aucun plan canadien n'a été élaboré pour faire cesser leur rejet dans les lacs, souligne le rapport.

Toronto

Pollution