•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Statut de Jérusalem : la position du Canada à l’ONU suscite des réactions

L'ambassadrice des États-Unis à l'ONU, Nikki Haley.

L'ambassadrice des États-Unis à l'ONU, Nikki Haley

Photo : Reuters / Brendan McDermid

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le débat sur la reconnaissance de Jérusalem comme capitale par les États-Unis continue de soulever des vagues au Canada.

Jeudi, 128 pays ont voté pour une résolution qui condamne cette reconnaissance. Les États-Unis avaient exercé des pressions pour contrer la résolution. L’ambassadrice américaine à l’ONU, Nikki Haley, affirmait sur Twitter que les États-Unis noteraient les noms des pays qui voteraient en ce sens.

Quelques heures après le vote, Nikki Haley publiait, toujours sur Twitter, la liste des pays qui avaient voté contre ou qui s’étaient abstenus, une liste qui comprend le Canada, en les remerciant de « ne pas avoir succombé aux manières irresponsables de l’ONU ».

Plus tard, Mme Haley a invité ces pays à une réception le 3 janvier, afin de les remercier de leur amitié envers les États-Unis.

L'ambassadeur du Canada à l'ONU, Marc-André Blanchard, a dit qu'il participerait avec plaisir à cette fête, même si le Canada s'est abstenu lors du vote.

M. Blanchard a ajouté que c'était le droit des États-Unis de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël. Ce n'est pas, dit-il, une approche traditionnelle aux Nations unies.

Le NPD mécontent

La porte-parole du Nouveau Parti démocratique en matière d'Affaires étrangères, Hélène Laverdière, déplore que le Canada préfère suivre l'administration Trump plutôt que de s'aligner sur ses alliés européens.

Le Canada agit de manière non cohérente avec sa politique officielle, et ne respecte pas non plus les décisions du Conseil de sécurité et le droit international.

Une citation de : Hélène Laverdière, porte-parole du Nouveau Parti démocratique en matière d'affaires étrangères

« J’aimerais voir le Canada, le 3 janvier, être en train de discuter avec nos partenaires, nos alliés qui, eux, ont été cohérents avec leur politique et ont appuyé cette résolution », a-t-elle ajouté.

« Ça confirme une tendance qu’on voit depuis des années, de s’aligner avec les États-Unis sur ces enjeux-là », a dit Mme Laverdière, soulignant qu’un gouvernement du NPD aurait appuyé la résolution.

Le chef du Parti conservateur, Andrew Scheer, avait critiqué, jeudi, l’abstention canadienne, estimant qu’il « est honteux que le gouvernement libéral refuse de soutenir les deux alliés importants que sont Israël et les États-Unis ».

« Le Canada abandonne nos amis internationaux et s'aligne sur des États membres de l'ONU qui, dans certains cas, sont hostiles au droit d'Israël d'exister », a-t-il écrit sur Twitter.

La délicate position du Canada

Le professeur à l'École nationale d'administration publique, Stéphane Roussel, n'est pas surpris de voir le Canada accepter l'invitation des États-Unis.

On arrive dans les semaines cruciales en ce qui a trait à l'avenir de l'accord de libre-échange nord-américain. Probablement qu’on cherche à Ottawa ou parmi les diplomates canadiens à ne pas jeter de l'huile sur le feu et à ne pas se retrouver dans une situation encore plus difficile à l'égard de l'administration Trump.

Une citation de : Stéphane Roussel, professeur à l'ÉNAP

Stéphane Roussel ajoute que le gouvernement canadien se met tout de même dans une position délicate face à ses propres citoyens.

« Le gouvernement est un peu coincé entre l'opinion publique qui souhaiterait avoir une attitude beaucoup plus ferme à l'égard d'Israël, et des contraintes ou des pressions internationales auxquelles il ne peut pas échapper. »

Avec des informations de Fannie Bussières-McNicoll

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !