•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saguenay veut moderniser son centre de tri

Le centre de tri de Saguenay

Le centre de tri de Saguenay

Photo : Radio-Canada / Pascal Coudé

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le centre de tri de Saguenay est à bout d'âge et la Ville souhaite agir rapidement. Les installations sont si désuètes que la municipalité peine à trouver des acheteurs pour les matières triées au centre.

La Ville doit donc vendre cette production à très faible coût.

« Les machines qu'on a font en sorte qu'on a un pourcentage, disons d'impuretés, qui est assez élevé. Avant c'était acceptable, parce qu'en Chine, par exemple, ils achetaient un peu n'importe quoi. Maintenant, la Chine a resserré ses normes, puis d'autres acheteurs, ce qui fait en sorte qu'aujourd'hui, il n'y a même plus d'acheteurs pour notre matière », explique le président de la Commission sur l’Environnement et le Développement durable de Saguenay, Simon-Olivier Côté.

Pour l’instant, le conseiller municipal explique que la solution est de moderniser les installations. La Ville pense à faire un centre de tri intégré, qui comporterait autant la récupération que le compost et les déchets.

Un projet qui pourrait coûter 15 millions de dollars

Les investissements nécessaires pourraient s'élever à 15 millions de dollars.

« Enfouir une tonne de déchets, ça coûte environ 85 $ la tonne. Puis, la récupérer, ça coûte 50 $ la tonne. Alors, quand on peut vendre ce qu'on récupère, bien si on peut le vendre à 10, 15, 20, 30 piastres la tonne, c'est plus intéressant que le donner! », de dire Simon-Olivier Côté.

Les études préalables au projet s'étireront sur plusieurs années, précise le conseiller municipal. Il croit que d'ici deux à quatre ans, la Ville lancera ses premiers appels d'offres.

D’après le reportage de Sarah Pedneault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !