•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Ne conduis pas gelé », la nouvelle campagne de sensibilisation d'Ottawa

Le plan du gouvernement de la Nouvelle-Écosse en matière de marijuana récréative.
Ottawa souhaite renforcer les dispositions de la Loi sur les facultés affaiblies par l'alcool et la drogue. Photo: Radio-Canada / CBC

Alors que les Canadiens s'apprêtent à célébrer les Fêtes, le gouvernement fédéral lance une nouvelle campagne, « Ne conduis pas gelé », pour les sensibiliser aux risques de la conduite sous l'effet du cannabis qui doit être légal partout au pays dès 1er juillet 2018.

Le ministre fédéral de la Sécurité publique, Ralph Goodale, souligne que la conduite sous l'effet du cannabis est aussi dangereuse que celle sous l'effet de l'alcool. Selon lui, conduire après avoir consommé de la marijuana peut causer des accidents mortels qui sont évitables.

Par ailleurs, un nouveau sondage réalisé par Santé Canada révèle que 39 % des consommateurs de cannabis avouent avoir pris le volant moins de deux heures après avoir consommé cette drogue.

Ce sondage a été réalisé en mai dernier auprès de 3600 Canadiens de partout au pays.

Tableau50 % des Canadiens estiment que le cannabis a un effet sur la conduite, selon une étude de Statistique Canada. Photo : Statistique Canada

Ce qui inquiète davantage Ralph Goodale, c’est que, selon Statistique Canada, près de 20 % des consommateurs de cannabis ne croient pas que la substance a un effet sur leur conduite. Pourtant, des études scientifiques démontrent que cette drogue ralentit le temps de réaction des conducteurs.

Le ministre Goodale a même qualifié la conduite avec facultés affaiblies de « meilleur exemple d'irresponsabilité ». « C’est un geste dangereux et égoïste », ajoute-t-il.

Il est d’autant plus important de sensibiliser les Saskatchewanais, affirme le ministre, puisque la Saskatchewan avait le plus haut taux de conduite avec facultés affaiblies en 2015, selon Statistique Canada.

En plus de son projet de loi pour légaliser la marijuana, le gouvernement fédéral a déposé un autre projet qui va renforcer les dispositions de la Loi sur les facultés affaiblies par l'alcool et la drogue.

Ottawa souhaite créer de nouvelles pénalités pour avoir conduit avec certaines quantités limites de tétrahydrocannabinol (THC) dans le sang. Le THC est le principal ingrédient actif dans le cannabis.

Selon le médecin Alain Verstraete, chercheur en toxicologie à l’Université de Gand, en Belgique, la détection du THC est toutefois plus complexe que celle de l’alcool. Les tests de salive ne permettent notamment pas de connaître la concentration du THC dans le corps.

Les policiers devraient donc amener le conducteur suspect à l’hôpital pour des tests sanguins. Par contre, le THC s’élimine rapidement dans le sang, et se retrouve plutôt dans les zones du corps riches en graisses.

Le Sénat va d'ailleurs entendre des témoignages d'experts en janvier. Le ministre Goodale pense que le Sénat va voter pour le renforcement de la loi sur les facultés affaiblies.

Certaines provinces, comme la Saskatchewan, ont aussi voté pour un projet de loi qui va imposer une tolérance zéro sur la conduite sous l'effet du cannabis et d'autres drogues.

Cependant, même si le renforcement de la loi sur les facultés affaiblies est adopté, les mentalités prendront du temps à être changées, dit Ian Jack, le porte-parole de l’Association canadienne des automobilistes.

On a déjà le modèle, le modèle de l'alcool, donc notre espoir est qu'on peut le faire beaucoup plus rapidement qu'avec l'alcool. Oui ça va prendre le temps, comme tous les autres changements dans notre société.

Ian Jack, porte-parole de l’Association canadienne des automobilistes

Saskatchewan

Drogues et stupéfiants