•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trottoirs glacés, urgences débordées

L'Hôpital général juif dans son ensemble.

L'urgence de l'Hôpital général juif Sir Mortimer B. Davis est à éviter.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

De nombreuses urgences de la grande région de Montréal débordent, notamment en raison d'une hausse du nombre de patients qui ont subi des fractures. Le temps froid, qui a rendu les trottoirs et la chaussée très glissants, est montré du doigt.

Les autorités demandent à la population d'éviter de se rendre à l'urgence pour tous les cas mineurs.

Les données du site Index Santé (Nouvelle fenêtre) montrent que les unités des urgences de plusieurs hôpitaux affichent des taux d’occupation des civières bien supérieurs à 100 %. Cela signifie qu'il y a plus de patients sur des civières que le nombre de civières inscrit dans le permis d'exploitation de l'établissement.

En fin d'après-midi, vendredi, on pouvait constater que l'urgence de l'Hôpital général juif Sir Mortimer B. Davis, chemin de la Côte-Sainte-Catherine, à Montréal, était à éviter absolument.

C'était aussi le cas de l'Hôpital de Montréal pour enfants, boulevard Décarie, aussi à Montréal, de l'Hôpital régional de Saint-Jérôme, rue de Montigny, dans la municipalité du même nom, ainsi que celui du Suroît, rue Saint-Thomas, à Salaberry-de-Valleyfield.

Taux d’occupation des civières de 125 % et plus (à 16 h 28)

Montréal

- L'Hôpital général juif Sir Mortimer B. Davis : 187 %
- Hôpital de Montréal pour enfants : 142 %
- Hôpital de Verdun : 127 %


Laurentides

- Hôpital régional de Saint-Jérôme : 133 %
- Hôpital de Saint-Eustache : 131 %

- CSSS d'Argenteuil : 125 %


Montérégie

- Hôpital du Suroît : 132 %
- Hôpital Honoré-Mercier : 138 %
- Hôpital Pierre-Boucher : 126 %


Source : Index Santé

Plan rapproché d'un trottoir glacé.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Trottoir glacé au centre-ville de Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada / Marilyn Marceau

Fractures, grippe et gastro

Les motifs de consultation sont évidemment multiples, mais dans plusieurs secteurs, dont l'ouest de la Montérégie, la majorité des visites aux urgences sont associées à des blessures causées par des chutes, elles-mêmes associées aux trottoirs glacés et enneigés.

« Particulièrement cette semaine, ce qu'on remarque, c'est une hausse des fractures. Donc, c'est peut-être lié directement à la température qu'on a connue », a avancé la porte-parole du Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Ouest, Jade Saint-Jean.

À Montréal aussi, plusieurs visites à l’hôpital découlent de chutes sur les trottoirs glacés.

« J’invite la population à tout de suite signaler au 311, dans leur arrondissement, des trottoirs qui seraient mal déneigés, mais surtout qui seraient glacés, a déclaré la mairesse Valérie Plante en entrevue. Parce qu'effectivement, c’est ce qu’on veut éviter. »

« Le cocktail météo fait en sorte que les équipes travaillent fort sur le terrain, mais s’il y a des oublis, s’il y a des endroits où l’on juge que l’on doit mettre plus d’abrasif, plus de sel, il faut qu’on le sache. »

— Une citation de  Valérie Plante, mairesse de Montréal

Les grippes et les gastro-entérites sont aussi fréquentes en cette période de l’année.

De plus, le vieillissement de la population contribue à annuler une partie des progrès qui seraient autrement constatés au sujet du temps d'attente dans les urgences, comme l'a conclu un récent rapport du Commissaire à la santé et au bien-être.

Avec des informations de Julie Émond et d'Éric Plouffe

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !