•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

On parle politique autour de la dinde de Noël?

Des gens mangent autour d'une table et se passent les plats

Est-il correct de parler de politique pendant un repas des Fêtes?

Photo : iStock / gpointstudio

Radio-Canada

De quoi parlez-vous dans vos réunions de famille à Noël? De la saison (poche) des Canadiens de Montréal? Du dernier Star Wars? Du temps qu'il fait? De politique? Si vous parlez politique, la revue Costco (oui oui!) des mois de novembre et décembre a quelques trucs pour vous. En fait, elle a posé la question suivante à deux spécialistes de l'étiquette : est-il correct de parler de politique pendant un repas des Fêtes? L'une est d'accord, mais avec un encadrement strict. L'autre est contre. Et vous?

Un texte de Sébastien Bovet, chef du Bureau parlementaire à l’Assemblée nationale

Discutons politique

Lisa Orr pense qu’il est possible de discuter de politique à Noël. Mais attention! Il faut établir des règles :

  • Proposer le sujet, mais en disant qu’il faut être courtois, respectueux et éviter les jurons;
  • Avoir une stratégie pour asseoir les invités : les gens au tempérament explosif assis l’un à côté de l’autre, ce n’est pas une bonne idée. Il faut donc marquer les places autour de la table;
  • Utiliser le ton que vous souhaitez que les autres utilisent pour mener une conversation ouverte;
  • Savoir quand il faut passer à autre chose. Vous pouvez dire : « merci pour cette excellente discussion. J’aimerais maintenant faire un tour de table et demander à chacun de raconter son souvenir préféré des Fêtes ».

Touche pas à ça avec une perche de 10 pieds

Lew Bayer, à l’opposé, ne pense pas que parler politique autour de la dinde de Noël soit une bonne idée. L’étiquette, dit-elle, « proscrit traditionnellement les discussions sur la politique ». Pourquoi?

  • Le temps des Fêtes est stressant. Amener un sujet litigieux, c’est se magasiner des problèmes;
  • L’alcool : source de bien des dérapages aux Fêtes;
  • Les gens réunis peuvent transporter de vieux ressentiments les uns envers les autres. Quand la discussion s’anime sur la politique, ce ne sont pas les opinions qui sortent, mais ces vieilles rancunes;
  • « Il est irrespectueux de discuter de sujets négatifs ou très controversés devant de jeunes enfants, quand le groupe ne s’y intéresse pas. Parler politique est grossier si ce type d’échange occupe tout le repas et se prolonge après le dessert. » Il faut mettre l’accent sur la bonne chère.

En tout cas, moi, j’en parlerai volontiers avec ceux qui aborderont la question poliment.

Sur ce, joyeuses fêtes! On se revoit en 2018.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique