•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canada participera à la cérémonie « d’amitié » des États-Unis

L'ambassadeur Marc-André Blanchard assis au pupitre du Canada à l'ONU.

L'ambassadeur du Canada à l'ONU, Marc-André Blanchard

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Canada a l'intention de participer à une fête organisée par l'ambassadrice américaine aux Nations unies, Nikki Haley. Celle-ci a invité tous les pays qui n'ont pas voté en faveur de la résolution de l'ONU condamnant la reconnaissance par Washington de Jérusalem comme capitale d'Israël à une réception pour les « remercier de leur amitié ».

La résolution a été adoptée par une grande majorité de pays membres de l’ONU, jeudi, malgré les pressions américaines.

128 pays membres ont appuyé la résolution, 9 ont voté contre et 35 pays, dont le Canada, se sont abstenus.

La résolution affirme que toute décision sur le statut de Jérusalem « n'a pas de force légale, est nulle et non avenue et doit être révoquée ». Elle précise que le sort de Jérusalem doit faire partie d'un accord de paix final entre Israéliens et Palestiniens.

Quelques heures après le vote, Mme Haley a publié sur Twitter les noms des pays s’étant abstenus ou ayant voté contre la résolution, disant que Washington leur est « reconnaissant […] de ne pas avoir succombé aux manières irresponsables de l’ONU ».

Un peu plus tard, elle a envoyé des invitations à ce groupe de pays pour une réception, le 3 janvier prochain, pour les « remercier de leur amitié envers les États-Unis ».

Le Canada assistera à la fête

L'ambassadeur du Canada à l'ONU, Marc-André Blanchard, a confirmé sur les ondes de CBC Radio, vendredi, qu’il avait bel et bien reçu l’invitation de Nikki Haley.

« J’y participerai avec grand plaisir », a-t-il dit.

Quelques heures avant le vote de l’Assemblée générale de l’ONU, Nikki Haley a envoyé une lettre aux délégués dans laquelle elle les avertit que le « président observera attentivement ce vote et il a demandé que je lui signale les pays qui auront voté contre » les États-Unis.

Donald Trump a fait monter la tension d’un cran en disant à des journalistes que les États-Unis allaient cesser l’aide financière aux pays qui s’opposent à leurs idées.

« Pour toutes ces nations, elles prennent notre argent et vont ensuite voter contre nous, a déclaré le président américain. Elles prennent des millions de dollars, voire des milliards, et après elles votent contre nous. Nous allons épargner beaucoup d’argent. On s’en fiche. »

Le président américain Donald Trump discute avec l'ambassadrice des États-Unis à l'ONU Nikki Haley, au mois de septembre.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le président américain Donald Trump discute avec l'ambassadrice des États-Unis à l'ONU Nikki Haley lors de la première journée de l'Assemblée générale annuelle des Nations unies.

Photo : Associated Press / Seth Wenig

Marc-André Blanchard soutient que ce ne sont pas ces menaces qui ont poussé le Canada à s'abstenir de voter, mais plutôt le fait que la résolution ne fait pas avancer une perspective de paix dans cette région du Moyen-Orient.

« L’approche [américaine] est une approche qui n’est pas traditionnelle aux Nations unies », a-t-il affirmé.

Mais c’est l’approche que les États-Unis ont choisie comme pays, et c’est leur droit.

Une citation de : Marc-André Blanchard, ambassadeur du Canada à l'ONU

Outre les États-Unis et Israël, le Togo, Palau, les îles Marshall, le Guatemala et le Honduras ont rejeté la résolution.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !