•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les billets de banque et les pièces de monnaie en voie de disparition?

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Amas de billets de banque de 20 $, 50 $ et 100 $

De l'argent liquide

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les statistiques le confirment : les Canadiens effectuent de moins en moins de transactions en argent comptant et privilégient de plus en plus les paiements électroniques. Cette tendance pourrait signifier la fin des billets de banque et des pièces de monnaie plus rapidement qu'on ne le pense.

Un texte d'Olivier Bachand

Quand ils plongent la main dans leur portefeuille, les Canadiens en ressortent plus souvent une carte que de l'argent sonnant. Et la tendance s'accélère.

Selon Paiements Canada, 42 % des transactions ont été effectuées en argent comptant au pays en 2011. L'an dernier, cette proportion a chuté à 31 %, c'est-à-dire une baisse de 11 points de pourcentage en cinq ans seulement.

Au cours de la même période, les transactions par carte de débit sont passées de 20 % à 26 %, et celles par carte de crédit de 17 % à 23 %.

« Vous pouvez certainement anticiper que d'ici 25 ou 30 ans, l'argent liquide au Canada aura disparu », estime le vice-président aux affaires publiques de la Banque Nationale du Canada, Claude Breton.

Selon lui, l'élimination de l'argent liquide au profit d'une monnaie électronique comporterait plusieurs avantages. Elle permettrait entre autres de réduire les paiements sous la table et l'évasion fiscale.

« La disparition de l'argent liquide permet une traçabilité des transactions, et permet donc aux pouvoirs publics et aux citoyens d'aller mettre la main sur des taxes qui, pour le moment, s'échappent », fait-il valoir.

Il estime que le Canada peut s'inspirer d'un pays comme la Suède, où les pièces de monnaie et les billets de banque pourraient avoir complètement disparu de la circulation d'ici 2030. À Stockholm, par exemple, nombreux sont les commerces qui n'acceptent plus l'argent comptant comme mode de paiement.

Des entreprises canadiennes qui n'acceptent que les paiements électroniques

Le mouvement commence aussi à gagner le Canada, bien qu'il soit embryonnaire.

Au centre-ville de Montréal, l'établissement de restauration rapide Foodchain, qui vend des salades et des repas santé, a décidé de refuser les paiements en argent comptant dès son ouverture, en mai dernier. Les clients doivent donc régler l'addition en payant avec leur carte de débit ou de crédit.

Machine à cartes de débit Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Machine à cartes de débit

Photo : Radio-Canada

« C'est beaucoup plus efficace pour le client et c'est beaucoup plus efficace pour le personnel, qui n'a pas d'argent à compter à la fin de la soirée. C'est beaucoup plus hygiénique aussi », explique le directeur général du restaurant, Jean-François Saine.

Selon lui, l'immense majorité des clients n'y voient pas d'inconvénients.

Et Foodchain se déleste ainsi d'une lourde tâche : gérer les pièces de monnaie et les billets de banque. « Il faut un gérant qui est là pour compter l'argent, il faut un coffre-fort, il faut aller à la banque plusieurs fois par semaine, donc il y a une gestion de l'argent qui est assez incroyable », dit M. Saine.

La chaîne de restaurants Mad Radish, qui compte deux établissements à Ottawa, et qui veut prendre de l'expansion ailleurs au pays, a elle aussi décidé d'accepter uniquement les paiements électroniques.

Des inquiétudes pour les aînés

Comme chaque grand changement, la disparition éventuelle de l'argent liquide suscite certaines inquiétudes.

L'Association québécoise de défense des personnes retraitées et préretraitées (AQDR) craint que certaines personnes âgées malhabiles avec les nouvelles technologies puissent avoir plus de difficulté à gérer leurs finances et leurs achats dans un univers sans argent comptant.

« La majorité des aînés que je vois paient encore avec du papier », affirme la présidente de l'organisme, Judith Gagnon. Selon elle, plusieurs personnes âgées planifient toujours leur budget « avec des petites piles » d'argent comptant destinées à certaines dépenses. « C'est drôle de le dire, mais ils arrivent très bien avec ça », dit-elle.

Selon l'AQDR, certains aînés pourraient être craintifs d'effectuer des achats s'ils ne sont pas à l'aise avec les paiements par carte. L'organisme croit aussi que le potentiel de fraude financière pourrait augmenter, puisque certaines personnes âgées seraient obligées de prêter leurs cartes de crédit et débit à d'autres pour qu'ils règlent des factures à leur place.

Judith Gagnon estime que les institutions financières et les autorités gouvernementales devront offrir de l'accompagnement à ceux qui auront de la difficulté à s'adapter à un univers sans argent liquide.

Correction : dans une version précédente de ce texte, nous écrivions erronément que l'an dernier, la proportion des transactions en argent comptant était passée de 42% en 2011 à 31% en 2016, soit une baisse de 9% en cinq ans seulement, au lieu d’écrire une baisse de 11 points de pourcentage.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !