•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ONU adopte de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord

L'ambassadrice américaine à l'ONU Nikki Haley vote en faveur des sanctions contre la Corée du Nord.

Au Conseil de sécurité, l'ambassadrice américaine à l'ONU Nikki Haley vote en faveur des sanctions contre la Corée du Nord.

Photo : Reuters / Amr Alfiky

Radio-Canada

Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté à l'unanimité une résolution qui impose de nouvelles sanctions à la Corée du Nord, notamment des restrictions aux importations de pétrole. Le projet a été présenté par les États-Unis, après des négociations avec la Chine.

La résolution ordonne aussi le rapatriement dans leur pays des Nord-Coréens envoyés travailler à l'étranger, surtout en Russie et en Chine, pour rapporter des devises au régime de Kim Jong-un.

Les pénalités ont été légèrement adoucies par rapport au texte original, notamment en ce qui a trait à la quantité de produits pétroliers raffinés pouvant être livrée à la Corée du Nord. Un plafond de 500 000 barils sera ainsi imposé l'an prochain, contre 2 millions auparavant. Tous les pays sont désormais habilités à intercepter et à saisir des bateaux soupçonnés de transporter des cargaisons illégales vers ou à partir de la Corée du Nord.

Ce vote est intervenu alors que ni les États-Unis ni la Corée du Nord n’ont montré de volonté d’amorcer des pourparlers pour mettre fin à la crise, à la suite des essais de missiles nord-coréens.

Pyongyang a pour sa part qualifié vendredi de « criminel » le rapport américain sur la stratégie de sécurité nationale déposé mardi dernier.

Le rapport « est un produit typique de l'arrogance de style yankee, recherchant une totale subordination du monde entier aux intérêts des États-Unis », a déclaré à l'agence officielle KCNA un porte-parole du ministère nord-coréen des Affaires étrangères.

La Chine et la Russie avaient également dénoncé le rapport, Pékin qualifiant la nouvelle stratégie de sécurité américaine de « mentalité de guerre froide », tandis que Moscou dénonçait « le caractère impérialiste » du document.

Avec les informations de Agence France-Presse

International