•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Léonard Otis, le « Jardinier de la forêt » est mort

Léonard Otis
Léonard Otis est né en 1924. Photo: Radio-Canada / Jean-françois Deschênes
Jean-François Deschênes

Le défenseur du concept de ferme forestière pour une exploitation responsable de la forêt, Léonard Otis, originaire de la Vallée-de-la-Matapédia, est décédé à l'âge de 95 ans. Retour sur celui que l'on surnommait le Jardinier de la forêt.

M. Otis est né le 28 février 1924 à Saint-Moïse.

Avant de s'intéresser à la forêt, il se destinait à l'agriculture.

Léonard Otis et un autre homme enlacent un arbre.Léonard Otis était surnommé : le Jardinier de la forêt Photo : Radio-Canada

Pionnier du syndicalisme, il a fait partie des administrateurs de nombreuses organisations comme l'Union des producteurs agricoles. Mais c'est son passage en tant qu'administrateur au Bureau d'aménagement de l'Est du Québec, le BAEQ, qui l'a le plus marqué.

Il s'est opposé farouchement à la fermeture des communautés. À quel point j'étais le mouton noir! J'ai refusé d'aller chercher le per diem qu'on donnait pour garder ma liberté, disait-il en 2013 lors de remerciements pour l'un des nombreux prix qu'il a reçus.

Trophées et plaques commémorativesLéonard Otis a reçu de nombreux prix et reconnaissances. Photo : Radio-Canada / Jean-françois Deschênes

De nombreux combats

Il a milité pour l'implantation de la cartonnerie de Cabano et d'une papeterie dans la MRC de La Matapédia. La papeterie a finalement été construite à Matane et la Vallée de la Matapédia a reçu, en contrepartie, le fabricant de panneaux particules qui se nomme Uniboard aujourd'hui.

Aussi, il a dénoncé les coupes abusives des forêts publiques.

Léonard Otis coupe un arbeLéonard Otis a défendu toute sa vie le concept de ferme forestière Photo : Radio-Canada

Mais sa véritable bataille, il l'a mené pour défendre le concept de ferme forestière, une façon de cultiver la forêt comme on cultive la terre.

Il a mis ses théories en pratique sur les terres achetées de son grand-père à Saint-Damase. C'est une superficie qu'il faut que tu aménages en fonction de toutes les ressources qu'il y a là, expliquait-il. Donc le bois, l'érablière, le lac, la chasse...

J'ai voulu prouver qu'en région on pourrait produire trois fois pis quatre fois ce qu'on va chercher en forêt publique.

Léonard Otis
Livre Une forêt pour vivreLa préface d'Une forêt pour vivre a été écrite par l'auteur-compositeur-interprète Richard Desjardins. Photo : Radio-Canada / j

Une forêt pour vivre

Il a partagé ses réflexions dans son livre Une forêt pour vivre publié en 1989 et réédité en 2001.

M. Otis laisse en héritage un message de volonté et de persévérance.

L'avenir de la région va être ce que vont décider les gens, ce qu'ils vont avoir le courage et l'audace de faire.

Léonard Otis

Bas-Saint-Laurent

Histoire