•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un huitième titre de suite pour Wohlberg

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2003 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Éric Wohlberg tient mordicus à son titre canadien au contre-la-montre. Vendredi, il l'a défendu avec succès pour la septième fois de suite, demeurant ainsi invaincu depuis 1996.

HAMILTON, 27 juin 2003 – Décidément, Éric Wohlberg tient mordicus à son titre canadien au contre-la-montre. Vendredi, il l'a défendu avec succès pour la septième fois de suite, demeurant ainsi invaincu depuis 1996.

Wolhberg n'a rien laissé à ses adversaires, terminant les 42 km de l'épreuve (le double des femmes) en 54 min 50 s, soit 2 min 18 s plus rapide que son plus proche rival, le Britanno-Colombien Svein Tuft. Le Québécois Jean-François Laroche a créé une belle surprise en décrochant la médaille de bronze à sa première année chez les élites (57:33).

«J'avais d'excellentes sensations avant le départ, mais en course, on essaie de contrôler ce qu'on peut. Aujourd'hui, je me suis senti au-dessus de mes affaires toute la journée», a raconté le vétéran de 38 ans.

L'Ontarien, membre de l'équipe Saturn, a avoué que les épuisantes ascensions du Tour de Beauce avaient été une très bonne préparation pour cette épreuve relevée, une des plus rudes depuis fort longtemps aux Championnats canadiens.

«Je n'ai pas vu de contre-la-montre si difficile depuis les Championnats canadiens de 1997, à Chicoutimi», a déclaré le vainqueur.

Évidemment, cette victoire procure à Wolhberg son laissez-passer pour les Championnats du monde, mais l'ancien skieur sait très bien que face aux puissants Européens, la partie ne sera pas facile.

«L'an dernier, j'ai fait une excellente course et j'ai terminé 19e. Je m'attends à ce que le gagnant termine dans les 50 minutes et peut-être moins.»

Excellente performance pour Laroche

Pour sa part, Laroche était très heureux de sa performance. «Je suis très satisfait, surtout que j'étais dans une forme chancelante depuis plusieurs semaines», a expliqué le porte-couleurs de la formation québécoise Volkswagen-Trek, 11e chez les espoirs aux derniers Championnats du monde.

Très rapide dans le premier tour, même trop à ses dires, Laroche a perdu Tuft dans la deuxième boucle. S'il avait maintenu la cadence, il aurait peut-être comblé les 25 secondes d'écart qui le séparent de la deuxième place.

Le futur avocat, gagnant ce printemps en France de la course Du Torcca, une épreuve qui regroupe les meilleurs amateurs, espère bien que le Canada terminera parmi les 30 premières nations au classement UCI pour déléguer une équipe complète aux Championnats du monde à Hamilton.

En attendant, il participera aux Championnats du monde B, à Aigle, en Suisse, au début juillet, et il continuera à se faire les jambes avec les Européens, lui qui considère une carrière de l'autre côté de l'Atlantique dès l'an prochain.

À lire aussi: Bessette vole le contre-la-montre à Jeanson

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.