•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'entente avec Netflix est une « transition », dit la ministre Joly

Philippe-Vincent Foisy et la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, au Nates, à Ottawa.

Philippe-Vincent Foisy et la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly

Photo : Radio-Canada / Virginie Gagnon-Leduc

Radio-Canada

La ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, affirme que l'entente conclue entre le gouvernement fédéral et le service de diffusion en continu Netflix n'est qu'une « transition » et insiste sur le fait qu'elle prendra fin dans cinq ans.

« L'idée, c'est d'avoir un investissement minimal de 500 millions sur cinq ans pendant qu'on modifie nos lois », dit-elle en entrevue avec le journaliste Philippe-Vincent Foisy, dans le cadre de la balado Mêlée politique de Radio-Canada.

Cette déclaration survient trois mois après l’annonce de cette entente avec l'entreprise américaine, qui a provoqué une importante levée de boucliers, surtout au Québec. Souvent sur la sellette, Mélanie Joly reconnaît avoir vécu un automne parfois difficile.

Rappelons que Netflix s’est engagée à investir au moins 500 millions de dollars au cours des cinq prochaines années dans la production de contenus originaux au Canada, sans toutefois préciser quelle proportion de ces contenus serait francophone. De son côté, le gouvernement de Justin Trudeau affirme qu’il ne taxera pas les services du géant américain au cours de cette période.

Selon la ministre Joly, l’entente est un « essai » qui va permettre d’« avoir de l’argent à court terme » pour investir dans la culture canadienne tout en donnant le temps au gouvernement fédéral de s’ajuster à la nouvelle réalité numérique en changeant « tout notre système au niveau des lois ».

La ministre évoque notamment des changements à la Loi sur le droit d’auteur, à la Loi sur la radiodiffusion et à la Loi sur les télécommunications.

Mme Joly rappelle que pour le moment, le système existant ne donne pas de « leviers » au gouvernement pour imposer des contraintes aux entreprises numériques.

Écoutez la balado Mêlée politique : Un café avec Mélanie Joly

Politique fédérale

Politique