•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le temps presse pour sauver les caribous de l’île Michipicoten 

L'animal vu de près alors qu'il erre dans les bois

Un caribou capté en image par un résident de l'île Michipicoten

Photo : Christian Schroeder

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Dans une vidéo envoyée à la ministre des Richesses naturelles et des Forêts de l'Ontario Kathryn McGarry, le député néo-démocrate d'Algoma-Manitoulin Michael Mantha l'exhorte à agir immédiatement pour sauver un troupeau de caribous voué à une mort certaine. La vidéo a été lancée sur le compte twitter du député.

Le troupeau, le dernier dans la région du lac Supérieur, a été décimé par des loups.

« Vous devez vous impliquer dès maintenant, dit M. Mantha. Des options vous ont été présentées par la Première Nation de Michipicoten et d'autres groupes qui s’inquiètent de la survie de cette harde de caribous. »

Le député Mantha explique qu’on ne peut attendre la signature de protocole et encore moins que la glace durcisse pour faire traverser le troupeau vers l’île Slate, située à 130 kilomètres.

Le député Michael Mantha en face de l’île Michipicoten. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Dans sa vidéo sur Twitter, le député Mantha implore la ministre Kathryn McGarry d’ordonner rapidement le déménagement des caribous de l’île Michipicoten.

Photo : @M_Mantha

Les caribous doivent être héliportés à la mi-janvier selon Leo Lepiano, consultant pour la Première Nation de Michipicoten.

« Le protocole est rédigé par un scientifique qui la semaine dernière semblait dire qu’une centaine de caribous sont encore vivants », explique M. Lepiano.

Deux jeunes caribous de l’île Michipicoten qui lèchent un bloc de sel. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Selon les données du MRN, on ne compterait plus qu’une trentaine de caribous qui n’ont pas encore été attaqués par des loups.

Photo : Christian Schroeder

Mais selon lui, les meilleures statistiques proviennent du ministère qui parle plutôt d’une trentaine de bêtes et d’environ 18 loups.

La communauté autochtone tente depuis avril d’attirer l’attention du gouvernement.

Un caribou forestierAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un caribou forestier

Photo : Radio-Canada

Dans un courriel à CBC, le ministère des Richesses naturelles et des Forêts dit appuyer la Première Nation, mais décrit une série de facteurs qui compliquent le déplacement des caribous par la voie des airs, comme la température et le stress ressenti par ces animaux.

Un vétérinaire doit aussi être sur place au cours de l’opération, conclut le ministère.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !