•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La renaissance de la tour du stade olympique de Montréal

On voit le stade olympique du côté nord, de haut, en contre-plongée, l'hiver, au soleil couchant. Au loin, on aperçoit le fleuve Saint-Laurent et le centre-ville de Montréal.

La tour du stade olympique de Montréal après sa réfection

Photo : Radio-Canada / Yanick Rose

Radio-Canada

Depuis plus de 30 ans, la tour du stade olympique se dresse dans l'horizon montréalais. Cependant, elle est restée presque vide depuis sa construction. Mais elle s'apprête désormais à connaître une seconde vie, puisqu'elle vient de subir d'importants travaux de réfection afin d'être transformée en tour de bureaux.

Un texte de Bouchra Ouatik, de Découverte

Le stade olympique de Montréal laisse peu de gens indifférents. Bien qu’il soit l’un des monuments les plus emblématiques de la métropole, l’histoire de sa construction a été tumultueuse.

Il a été construit pour les Jeux olympiques de 1976 et conçu par l'architecte Roger Taillibert.

« La tour du stade olympique, qui est la plus haute tour inclinée au monde, a été conçue pour supporter la toile rétractable du stade », rappelle l’architecte Anik Mandalian de la firme Provencher Roy, chargée de la réfection de la tour. « En 1976, la base de la tour était construite, mais il y a eu des problèmes structuraux. Donc la tour a été terminée en 1987, [soit] onze ans plus tard », poursuit-elle.

À l’époque, Roger Taillibert avait de grandes ambitions pour cette tour de 165 mètres de hauteur.

[Roger Taillibert] avait imaginé des plateaux sportifs comme des terrains de basket-ball et des terrains de tennis, où les fédérations pouvaient venir s'installer dans la tour et pratiquer les sports dédiés à leur discipline.

Anik Mandalian, architecte de la firme Provencher Roy

Cependant, aucun de ces projets n’a vu le jour, et la tour est restée vide, à l’exception de l’observatoire qui occupe les deux étages supérieurs.

On voit le plancher, les murs et le plafond de béton, ainsi que les fenêtres qui laissent filtrer la lumière du jour. Deux travailleurs s'affairent au loin.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un des étages de la tour avant le début des travaux de réfection

Photo : Radio-Canada / Yanick Rose

Toutefois, cela s’apprête à changer, car dans les prochains mois, la tour accueillera ses premiers locataires. En 2015, la Régie des installations olympiques a signé un contrat avec le Mouvement Desjardins afin de transformer le bâtiment en tour de bureaux. Pour y parvenir, un chantier de grande envergure a été mis en branle. Presque tout était à faire : le chauffage, l’éclairage, la ventilation.

Remplacer le béton par le verre

Le principal défi de ce projet consistait à remplacer le revêtement extérieur de la tour. Puisque l’édifice était destiné à accueillir des plateaux sportifs, l’architecte Roger Taillibert l’avait conçu avec des fenêtres très étroites situées près du plafond. « Il y avait donc des panneaux de béton préfabriqués avec une fenestration en hauteur pour avoir une lumière naturelle zénithale, pour ne pas être ébloui par la lumière naturelle pendant la pratique des jeux sportifs », explique Anik Mandalian.

On voit un côté de la tour du stade en gros plan, avant la réfection. Une des rangées de fenêtres a été retirée. On voit bien les panneaux de béton qui recouvrent la tour depuis sa conception. En haut, à gauche, un travailleur dans une nacelle s'affaire à la réfection.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La tour du stade était recouverte de panneaux de béton et comportait des fenêtres étroites.

Photo : Radio-Canada / Yanick Rose

Pour des bureaux, les architectes privilégient au contraire un maximum de lumière naturelle. Il a donc fallu retirer un à un ces panneaux de béton, dont certains pesaient cinq tonnes. Ils ont été remplacés par un mur-rideau, c’est-à-dire de grandes vitres comme ce que l’on retrouve sur la plupart des gratte-ciel.

On voit Mme Mandalian, en tenue de travail, qui parle à la caméra. En arrière-plan, on voit les nouvelles fenêtres de la tour du stade et la structure en béton.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L’architecte Anik Mandalian, à côté des nouveaux panneaux de verre qui recouvrent la tour

Photo : Radio-Canada / Yanick Rose

L’installation de ce mur-rideau posait un défi, car aucune des faces de la tour n’est droite. Sur les faces nord et sud, la tour trace une courbe concave en suivant l’axe vertical, tandis que sur les faces est et ouest, elle est courbée à la fois sur les axes horizontal et vertical.

Quand on pense que ça a été fait dans les années 70, il y avait à peine des ordinateurs, ça a été tout dessiné à la main, vraiment, c’est impressionnant.

Pierre Rodrigue, ingénieur en structures de la firme WSP

Les panneaux de béton qui recouvrent la tour avaient été conçus pour épouser ces courbes. « Du béton, on peut le couler de toutes sortes de formes. C’était l'avantage des panneaux de béton qui étaient là avant. Des vitres, c’est moins évident à installer », explique l’ingénieur en structures Pierre Rodrigue, de la firme WSP. Ainsi, plutôt que d’installer des vitres courbées, ce qui aurait été complexe et coûteux, les concepteurs du projet ont choisi d’éliminer la courbure horizontale de la tour.

On voit des ouvriers à l'oeuvre sur le bord d'un des étages de la tour du stade olympique en réfection. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des ouvriers coulent les extensions de dalles en béton de la tour.

Photo : Radio-Canada / Yanick Rose

« Ce qu'il a fallu faire, c'est de combler l'espace entre la forme originale de la tour et la nouvelle position des vitres », indique M. Rodrigue. Il a donc fallu allonger les planchers à chaque étage, en installant des coffrages en bois et en acier, dans lesquels ont été coulées de nouvelles dalles de béton.

On voit M. Rodrigue, en tenue de travail, parler à la caméra. Derrière lui, on aperçoit la structure de la tour du stade et les nouvelles fenêtres.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L’ingénieur Pierre Rodrigue montre les extensions de dalles complétées.

Photo : Radio-Canada / Yanick Rose

La plus haute grue du Canada

Les travaux de réfection de la tour du stade ont nécessité l’installation de la plus haute grue à tour du Canada. Cette grue, surnommée « la girafe », s’élève à plus de 200 mètres et pèse 660 tonnes. Chaque matin, il faut près d’une demi-heure à l’opérateur de la grue pour grimper l’échelle qui mène à la cabine de contrôle. Cette grue est munie d’une flèche d’une longueur de 81 mètres qui peut soulever jusqu’à 6 tonnes. Elle a notamment permis de transporter de la machinerie lourde jusqu’aux différents étages de la tour. En raison de la géométrie particulière de l’édifice, il a fallu percer un trou dans la toile du stade pour y faire passer cette grue.

Une tour virtuelle

Afin d’accélérer les travaux, les ingénieurs ont eu recours à une technologie novatrice, qui porte le nom de BIM. « Le BIM, c'est “building information modeling”, donc, c’est la modélisation des données du bâtiment », explique Samir Nafa, de la compagnie Pomerleau, qui coordonnait cette dimension du projet. À l’aide d’instruments d’arpentage, la tour a été modélisée en trois dimensions, dans ses moindres détails, autant à l’intérieur qu’à l’extérieur.

Ce modèle virtuel a ensuite permis aux ingénieurs, aux architectes et aux entrepreneurs de visualiser chaque élément de la tour et de simuler le résultat final avant le début des travaux.

On voit M. Nafa, de profil, qui regarde l'écran où est projetée la modélisation virtuelle de la tour du stade.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Samir Nafa montre la modélisation de la tour du stade sur l’interface BIM.

Photo : Radio-Canada / Yanick Rose

« Dans un projet standard, ce qui aurait été fait dans l’échéancier, ça aurait été d’abord de réaliser les extensions de dalles, de réaliser les extensions de goulottes, puis, après ça, vous avez l’entrepreneur en mur-rideau qui vient prendre les mesures et qui réalise son mur-rideau, explique M. Nafa. Mais étant donné que l’échéancier ne nous le permettait pas, il était indispensable de faire les dessins de fabrication du mur-rideau avant que les goulottes et les extensions de dalles ne soient achevées. »

La structure dévoilée

Lorsque les travaux extérieurs seront terminés, au printemps 2018, l’apparence de la tour sera transformée. Le verre choisi pour les fenêtres, appelé « verre bronze », est légèrement teinté et il réfléchit une partie de la lumière.

Durant le jour, il donnera à la tour l’allure d’un miroir. « L'avantage du site est qu’il n'y a aucun bâtiment de grande hauteur autour du projet, donc il n’y a aucune réflexion. La seule réflexion, c'est le ciel », souligne Mme Mandalian.

On voit la face nord du stade, en contre-plongée. Le ciel bleu et les nuages se réfléchissent sur les nouvelles fenêtres.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le nouveau mur-rideau de la tour réfléchit le ciel.

Photo : Radio-Canada / Yanick Rose

Le soir, la tour sera plutôt transparente, dévoilant ainsi les colonnes et les contreventements qui soutiennent les étages.

Après 30 ans d'existence où la structure a été dissimulée, on dévoile au monde entier la structure de la tour de Montréal.

Anik Mandalian, architecte de la firme Provencher Roy
On voit un côté de la tour du stade olympique après réfection. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le mur-rideau est partiellement transparent, laissant voir la structure intérieure de la tour.

Photo : Radio-Canada / Yanick Rose

La réfection de la tour du stade olympique donnera une seconde vie à cet édifice, mais les artisans du projet espèrent aussi que cela redorera son image. « En fait, ça va aider les citoyens un peu à se réconcilier avec le stade olympique », résume Mme Mandalian.

On voit la face est de la tour du stade olympique à différents moments, avant, pendant et après les travaux de réfection.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Étapes de réfection de la tour

Photo : Parc Olympique de Montréal

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Science