•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les médecins spécialistes du Québec négocieront avec le Conseil du Trésor

La présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec, Diane Francoeur, répond aux questions des journalistes lors d'une conférence de presse le 20 décembre 2017.
La présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec, Diane Francoeur, répond aux questions des journalistes lors d'une conférence de presse le 20 décembre 2017. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, ne dirigera plus les négociations avec les médecins spécialistes. C'est désormais le Conseil du Trésor qui en sera responsable, a annoncé mercredi la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ).

La présidente de la FMSQ, Diane Francoeur, a confirmé en conférence de presse qu’elle avait communiqué avec le premier ministre Philippe Couillard.

Elle a indiqué que M. Couillard lui avait annoncé qu’il allait « prendre en main » le dossier des médecins spécialistes.

« M. Couillard m’a rassuré qu’il partageait les mêmes objectifs que la Fédération, c’est-à-dire de se débarrasser de tous les obstacles qui empêchent l’accès aux citoyennes et aux citoyens à la médecine spécialisée », souligne Mme Francoeur.

On est bientôt en 2018. Les menaces, le harcèlement, l’intimidation ne sont pas la façon d’arriver à des objectifs.

Diane Francoeur, présidente de la FMSQ

Ce revirement de situation se produit au moment où la FMSQ allait déposer une requête en Cour supérieure pour faire valoir son droit de négocier ses conditions de travail.

Selon nos informations, la FMSQ s'est entendue avec le gouvernement pour revoir le processus de négociations qui vise à renouveler la convention collective des médecins spécialistes, échue depuis le 31 mars 2015, et revoir les mesures d’accessibilité prévues dans la loi 20 ainsi que les conditions de travail prévues dans la loi 130.

Un nouveau comité de négociations sera formé et sera sous la responsabilité du Conseil du Trésor. Il devra se rapporter directement au gouvernement.

Ce scénario ressemble à celui qui a été employé avec la Fédération des médecins omnipraticiens à l’automne 2016. Ce changement dans la façon de négocier avait mené à une entente de principe au mois d’août.

L’objectif du comité est d’en arriver à une entente avec les médecins spécialistes d’ici le 15 février 2018.

Un rôle de « conseiller technique » pour Barrette

La FMSQ réclamait depuis près d'un an que Gaétan Barrette ne soit plus à la tête des négociations pour le gouvernement. La fédération critiquait notamment les méthodes employées par le ministre.

C’est surtout le climat qui va être différent.

Diane Francoeur, présidente de la FMSQ

« On le dit depuis le début, depuis l’application de toutes ces lois qui nous arrivent depuis trois ans, poursuit-elle. On n’a pas de problème avec les objectifs. C’est la manière d’y arriver. »

Selon nos sources, M. Barrette, qui a été président de la FMSQ avant de faire le saut en politique, resterait tout de même impliqué dans le processus. Il occuperait un rôle de « conseiller technique » dans ce nouveau comité dit « élargi ».

Le président du Conseil du Trésor, Pierre Arcand, et la ministre déléguée à la Santé publique, Lucie Charlebois, feront aussi partie de ce comité de négociations.

Dans un communiqué publié mercredi après-midi, le gouvernement du Québec indique que son secrétaire général et greffier Juan Roberto Iglesias, fera aussi partie des négociations.

On mentionne par ailleurs qu'« au moins un représentant du ministère de la Santé et des Services sociaux » aura sa place dans le nouveau comité.

« Aucun désaveu », dit le cabinet de Couillard

Au cabinet du premier ministre, le directeur des communications, Daniel Desharnais, explique que le statut de Gaétan Barrette ne change pas. Il soutient qu'il n'y a aucun désaveu à l'endroit du ministre.

L'objectif du premier ministre est d'en arriver à une entente négociée et il veut qu'on se mette en mode blitz pour y arriver.

Daniel Desharnais, directeur des communications du cabinet du premier ministre Couillard

Aucun commentaire n'a été formulé du côté du cabinet du ministre de la Santé.

Rappelons que le torchon brûle entre la FMSQ et le ministre Barrette concernant les mesures qui visent à favoriser l'accès aux soins de santé.

Plus tôt cette semaine, le ministre Barrette a brandi la menace de faire appliquer la loi 20 dès janvier. Celle-ci prévoit des mesures de « réduction de la rémunération » si les médecins n'atteignent pas les objectifs fixés par Québec.

Toutes les mesures punitives sont donc suspendues pour le moment afin de laisser la chance au nouveau comité d'en venir à une entente sur les conditions de pratique des médecins spécialistes.

Avec les informations d'Alex Boissonneault

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique provinciale

Politique