•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La réforme américaine des impôts définitivement adoptée

Le président américain Donald Trump prend la parole à l'extérieur de la Maison-Blanche, le 20 décembre 2017.

Le président américain Donald Trump a affirmé que cette réforme fiscale sera un carburant pour l'économie américaine.

Photo : Associated Press / Carolyn Kaster

Reuters
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Chambre américaine des représentants a définitivement adopté mercredi la réforme de la fiscalité voulue par Donald Trump. Elle offre ainsi au président américain son premier succès législatif majeur depuis son arrivée à la Maison-Blanche.

Au terme d'un vote purement technique, le deuxième en deux jours, la Chambre basse du Congrès a approuvé le texte par 224 voix contre 201. Auparavant, le Sénat l'avait soutenu par 51 voix contre 48.

Cette réforme est la plus importante votée aux États-Unis depuis la refonte du code des impôts sous la présidence de Ronald Reagan en 1986.

Elle prévoit notamment 1500 milliards de dollars de baisse des prélèvements obligatoires qui vont en priorité bénéficier aux plus fortunés bien que Donald Trump affirme que cela profitera à tous les ménages américains.

« Aujourd'hui, les républicains paradent, car ils ont réussi à piller la classe moyenne américaine au profit des puissants et des favorisés. »

— Une citation de  Nancy Pelosi, chef de file des démocrates à la Chambre des représentants

Un carburant pour l'économie, dit Trump

Le président américain a affirmé pour sa part que cette réforme allait être un carburant pour l'économie américaine.

« En réduisant les impôts et en réparant un système en panne, nous allons verser du combustible de fusée dans le moteur de notre économie. »

— Une citation de  Le président Donald Trump, dans un communiqué après le vote

Lors d'une réunion de son gouvernement avant le vote à la Chambre, Trump avait expliqué à ses ministres que la mesure essentielle de son plan était la réduction de l'impôt sur les sociétés, qui passe de 35 % à 21 %.

Le président américain a prévu une réception pour fêter cette victoire politique avec les parlementaires à la Maison-Blanche mercredi après-midi, mais il ne devrait pas ratifier la loi immédiatement. La date de la ratification reste un objet de spéculation.

Selon Gary Cohn, conseiller économique de la Maison-Blanche, elle dépend de la possibilité de déroger aux réductions automatiques de dépenses prévues par la loi. Si cela est le cas, le texte devrait être ratifié avant la fin de l'année.

Donald Trump, président des États-Unis

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !